^

Culture et Sport

Rise Up !

Tarantino versus New York Police Department

Ce n’est pas le titre d’un film, mais un affrontement bien réel. Depuis que le célèbre réalisateur étatsunien a participé à une marche contre les brutalités policières, le week-end dernier, le « syndicat » des flics newyorkais a appelé au boycott de son dernier film qui devrait sortir en décembre.

Paul Tanguy

La manifestation du 24 octobre s’inscrivait dans le sillage des mobilisations contre les brutalités policières aux Etats-Unis, de Ferguson à Baltimore, les dernières images filmant l’arrestation d’une lycéenne Noire par un policier Blanc, en Caroline du Sud, venant illustrer combien la question est loin d’être close aux Etats-Unis.

« Quand je vois des assassinats, je dois les appeler par leur nom. Et les assassins sont des assassins ». C’est ainsi que Tarantino a motivé sa participation à la mobilisation. Et c’est ce qui a fait se cabrer les policiers new-yorkais, habitués à intervenir, à maltraiter et à tuer dans la plus totale impunité.

Patrick Lynch, le président de Patrolmen’s Benevolent, a souligné qu’il n’était en rien surpris « que quelqu’un qui gagne sa vie en célébrant la mort et la violence dans ses films haïssent les policiersà ce point ». « Les habitants de New York ont besoin de démontrer à ce fabriquant de dépravations qu’il n’a pas à venir chez nous pour nous vendre ses récits diffamatoires sur la police », a poursuivi Lynch.

Le réalisateur de Reservoir Dogs et de Pulp Fiction s’apprête en effet à faire la promotion de son nouveau film, qui devrait sortir avant les Fêtes de fin d’année, The Hateful Eigh [Les Huit salopards], sorte de huis-clos absolument déjanté mettant en scène les pires crapules sur fond d’après-guerre de Sécession et de réflexion sur la Justice et ceux qui sont en charge de l’exécuter.

Il s’agit d’une critique en règle de la société étatsunienne à laquelle nous a habituée Tarantino, dont les films ne sont guère plus violents que les images, bien réelles, celles-là, qui sont filmées au téléphone portable et qui rapportent les violences quasi systématiques auxquelles sont associés les policiers aux Etats-Unis lorsqu’ils interviennent.




Mots-clés

Cinéma   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Répression   /    Culture et Sport