Notre classe

Mobilisation pour le maintien de l’éducation prioritaire

« Touche pas à ma ZEP » : Vallaud-Belkacem en pleine opération enfumage

Publié le 29 novembre 2016

La mobilisation pour le maintien du dispositif d’éducation prioritaire pour les lycées s’étend avec une deuxième grève en deux semaines ce mardi 29 novembre. La mobilisation qui a débuté à la rentrée 2016 dénonce la sortie des lycées du dispositif d’éducation prioritaire et la perte de l’allocation de moyens supplémentaires. Initié par un collectif de professeur « touche pas à ma ZEP », la mobilisation est désormais soutenue par les syndicats et notamment par le SNES, syndicat majoritaire de l’enseignement. Afin de calmer la contestation, la ministre a fait une série d’annonce, de court-terme qui vise clairement à démobiliser les professeurs. Opération désintox face aux propos de la ministre Najat Vallaud-Belkacem.

Communiqué du collectif « Touche pas à ma ZEP »

Ce que dit la ministre : « Garantir le maintien des indemnités des enseignants de ces lycées. Toutes les dispositions sont prises pour sécuriser les rentrées 2017, 2018 et 2019. Les textes sont parus. »

Cette annonce a déjà été faite le 30 septembre, au lendemain de la première journée de grève "touche pas ma ZEP". Rien de nouveau donc. Après 2019 … plus rien ! Cette annonce avalise la fin de l’éducation prioritaire en lycée puisqu’elle renvoie à une "clause de sauvegarde" qui accompagne les établissements qui sortent de l’éducation prioritaire.

Revendication du collectif : la publication avant 2017 d’une carte élargie1 de lycées en éducation prioritaire assortie d’un label garantissant un maintien définitif des indemnités pour tous les personnels.

Ce que dit la ministre : « Garantir le maintien des droits dont les personnels bénéficient pour leur mutation. Toutes les dispositions sont prises pour sécuriser les rentrées 2017, 2018 et 2019. Les textes sont parus. »

Cette annonce a déjà été faite suite à notre deuxième journée de grève "touche pas ma ZEP", le 11 octobre. Rien de nouveau donc. Après 2019 … plus rien ! Cela ne concerne pas les personnels arrivés après 2015.

Cette annonce avalise la fin de l’éducation prioritaire en lycée puisqu’elle renvoie à une "clause de sauvegarde" qui accompagne les établissements qui sortent de l’éducation prioritaire.

Revendication du collectif : La publication avant 2017 d’une carte élargie de lycées en éducation prioritaire avec un label garantissant le maintien définitif des bonifications pour les mutations, y compris pour les personnels arrivés après 2015.

Ce que dit la ministre : « Garantir le maintien de tous les moyens supplémentaires dont bénéficient les lycées de l’éducation prioritaire. »

Il n’y a plus de lycées ZEP depuis 2015. La Ministre invente donc le maintien de moyens supplémentaires qui n’existent plus ! Maintenir l’inexistant, c’est une sacré trouvaille.

Elle va même jusqu’à dire qu’un certain nombre de lycées sont aujourd’hui labellisés "lycées ZEP" alors que ce dispositif est officiellement caduc (voir site de l’Observatoire des zones prioritaires OZP).

Par conséquent, contrairement aux deux annonces (sur les primes et sur les mutations), aucune référence à un quelconque texte officiel. Enfumage total donc !

Revendication du collectif : La publication avant 2017 d’une carte élargie de lycées en éducation prioritaire avec un label garantissant des moyens pérennes (effectifs par classe limités, maintien des dédoublements et de tous les projets, vie scolaire…)

Ce que dit la ministre : « L’allocation une dotation exceptionnelle de 450 emplois nouveaux à la rentrée 2017 pour les lycées et lycées professionnels les plus défavorisés. Ces emplois permettront d’abaisser le nombre d’élèves par classe et d’améliorer le nombre d’adultes dans les établissements. »

Ne concerne que la rentrée 2017. A partir de 2018, plus rien !

C’est quoi un lycée qui fait partie des "plus défavorisés" ? Cela ne correspond à aucune catégorie juridique de l’éducation nationale. Comment affecter 450 postes à une catégorie qui ne correspond officiellement à rien dans l’éducation nationale ?

L’intersyndicale d’Aix-Marseille, reçue le 28 novembre par Eric Tournier, (conseiller en charge de la préparation de la rentrée, du premier degré, du second degré et de l’éducation prioritaire), s’est entendue dire que le Ministère ne communiquerait pas de liste des lycées bénéficiant des 450 postes. Donc aucune garantie que tel ou tel lycée recevra bien quelque chose à la rentrée 2017 suite à ces annonces ! Les lycées qui n’ont jamais eu aucun label sont d’ores et déjà exclus de ces 450 postes !

Revendication du collectif La publication avant 2017 d’une carte élargie de lycées en éducation prioritaire avec un label garantissant des moyens pérennes (effectifs par classe limités, maintien des dédoublements et de tous les projets, vie scolaire…)

1. Carte élargie = maintien de tous les lycées ex-ZEP dans l’éducation prioritaire + entrée de nouveaux lycées qui devraient légitimement en relever