^

Jeunesse

Près de 1000 en AG

Toulouse. Au Mirail, une mobilisation qui ne faiblit pas contre la fusion et la sélection

Entre la journée de lundi 19 et celle de mardi 20 février au Mirail, la mobilisation ne faiblit pas ! Lundi, les étudiants et les personnels organisaient une journée « fac ouverte » avant d'aller accueillir en fanfare le jury de l'IDEX au rectorat. Mardi, près de 1000 personnes se sont réunies en AG pour discuter des suites de la mobilisation.

La journée portes ouvertes, initialement prévue le 10 février, avait été annulée à la dernière minute par Daniel Lacroix, futur-ex président du Mirail. Il s’agissait bien entendu d’une manœuvre visant à ne pas permettre aux grévistes de visibiliser leur lutte, alors que ces derniers avaient prévu d’avertir les lycéens et leurs parents des attaques du gouvernement contre l’éducation nationale et l’enseignement supérieur.

Face à cela, étudiants et personnels mobilisés avaient prévu, en coïncidence avec la venue du jury IDEX, de faire une journée « Fac ouverte », permettant aux lycéens de venir s’informer sur les différentes filières et sur la grève au Mirail. En plus d’un travail explicatif, cette journée a permis de donner à la mobilisation une allure festive. Au programme : expositions, concerts, stands informatifs, actions symboliques comme une « course de lenteur », qui contre toute logique qui veut nous pousser toujours plus, et toujours plus rapidement vers des attendus « d’excellence », se voulait comme une manière de prendre le temps de faire ce que nous voulons de l’université. La course « 1-2-3 Sélection », où chaque participant portait sur lui son insigne de sélection (un bac scientifique mention TB et un bac L pour aller en philo ne se valant pas) a aussi eu un certain succès.

Lundi après-midi, les étudiants et personnels du Mirail ont décidé d’aller accueillir le jury de l’IDEX (Initiative d’Excellence, un fond de financement de la recherche qui sert de « carotte » pour fusionner les universités toulousaines). Cet accueil s’est fait en fanfare, avec la désormais traditionnelle batucada du Mirail, accompagnée pour l’occasion de plusieurs musiciens. Lancer d’œufs, de mottes de terre, de rouleaux de PQ… le rectorat a été redécoré afin de signifier au jury que les étudiants et les personnels du Mirail ont déjà pris l’initiative et qu’ils sont déjà excellents !

Le rassemblement s’est déroulé sous forte surveillance policière et au moment où le jury IDEX sortait du rectorat, les étudiants et les personnels ont tenté de rentrer, avant d’être gazés par les policiers à coup de lacrymogènes.

Cette répression n’a pas refroidi les étudiants et les personnels qui étaient ce mardi 20 février rassemblés à près de 1000 en assemblée générale (AG).

Malgré la présence de plusieurs personnes, étudiants et enseignants-chercheurs anti-blocage, qui se sont exprimés contre le blocage de la maison de la recherche qui a lieu depuis maintenant deux semaines, les étudiants et les personnels ont voté la suite de la grève, ainsi que le blocage de la présidence et la poursuite du blocage la maison de la recherche. En effet, la maison de la recherche, lieu de travail des enseignants-chercheurs, est aussi le lieu où s’élabore le projet de fusion et où se retrouvent la plupart de celles et ceux qui le défendent.

Nationalement, si quelques signes d’une mobilisation contre la sélection sont encourageants (comme une AG a plus de 1000 personnes à Montpellier), le Mirail est à l’avant-garde de la mobilisation contre la sélection. Cette force est le fruit de la grève des personnels qui dure depuis deux mois et de la lutte contre la fusion qui dure depuis plus d’un an. Le Mirail montre ainsi sa capacité à rester mobilisée : la fac peut et doit être un appui pour construire le rapport de force à l’échelle nationale.




Mots-clés

Plan Etudiants   /    Fusion des universités   /    Sélection à l’université   /    Mirail   /    Toulouse   /    Jeunesse