^

Jeunesse

Mobilisée contre la loi Vidal

Tours. Une lycéenne mobilisée attaquée au couteau par l’extrême droite

A Tours, ce mardi 17 avril, une élève mobilisée contre la loi Vidal a été attaquée au couteau par trois militants de l’extrême droite cagoulés. L’agresseur pourrait être un royaliste de l’Action Française. Un rassemblement de soutien, réunissant une soixantaine de lycéens, a eu lieu en milieu d'après-midi devant le lycée Balzac.

Aux alentours de 13 h, dans une ruelle près du lycée Balzac, trois militants d’extrême-droite cagoulés ont agressé une lycéenne du fait de son implication dans le mouvement lycéen à Tours contre la loi Vidal et Parcoursup. Selon des étudiants du collectif contre la loi Vidal, l’auteur des coups de couteaux pourrait être membre de l’Action Française. « Depuis les débuts du blocus, on se fait menacer par deux ou trois étudiants royalistes de l’Action Française », témoigne l’étudiante du collectif.

« Ils étaient cagoulés, ils étaient trois, la lycéenne était avec ses écouteurs, elle a vu trois personnes l’attaquer, elle a mis son bras devant sa tête, elle a reçu trois entrailles pas très profondes. On a appris ça pendant l’AG où le blocage illimité de la fac a été voté. Quand on a appris ça, on est tous allés à Balzac pour protester contre l’agression », continue l’étudiante. Après l’agression, la lycéenne a réussi à s’enfuir. Transportée en urgence au CHU pour prendre en charge ses blessures, elle a finalement pu sortir dans l’après-midi, avant de porter plainte.

Après une Assemblée Générale, les étudiants ont décidé d’un rassemblement de soutien à la lycéenne attaquée au couteau devant le lycée Balzac, à partir de 15 h. Les forces de police étaient venues en nombre pour « accueillir » les lycéens et étudiants. Malgré la présence d’un cordon de CRS et de plusieurs membres de la BAC, le rassemblement de soutien a bien eu lieu et a réuni une soixantaine de personnes.

Plus tôt le matin, aux alentours de 9h, les forces de polices avaient débloqué le lycée Balzac. Dans la foulée, un étudiant était interpellé, accusé d’outrage. Le lycée de Balzac avait été bloqué vers 8h. « Ils se sont mis en lignes et ils ont débloqués. Ils nous ont repoussés, on était obligés de reculer. Un de nos potes s’est fait interpellé, car il a crié un slogan, il est passé en garde à vue. On est restés assez longtemps, et après on est partis, et c’est sur les coups de 13h que la lycéenne s’est faite attaquer », témoigne une étudiante. L’étudiant a été relâché. Cette présence policière, ce matin, était aussi aux abords des lycées Grandmont et Vaucanson. Le Collectif étudiant contre la loi Vidal a publié un communiqué dénonçant les violences policières de vendredi.

Crédit photo : Flickr - Kiki’s photos




Mots-clés

Sélection à l’université   /    Lycées   /    Extrême-droite   /    Jeunesse