Monde

Une icône de la résistance

Une femme fait face à une manifestation fasciste en Suède

Publié le 5 mai 2016

La photo a fait le tour du web et est devenue virale sur la toile suédoise : on y voit une femme, posée point en l’air face à une manifestation de plus de 300 nazis, le 1er mai dernier. Le photographe a saisi l’instant où l’opposante courageuse se plante face aux leaders d’une marche qui a rassemblé plus de 300 nazis et refuse de les laisser passer. Depuis, l’activiste est considérée comme une héroïne en Suède pour « son geste symbolique d’opposition à la marche fasciste ».

La photo a été prise à Borlänge, dans la province de Dalarna en Suède centrale où l’organisation nazie Nordiska motståndsrörelsen (mouvement de résistance nordique) organisait une manifestation le 1er mai dernier. Alors que des centaines de néo-nazis, vêtus d’uniformes comprenant une chemise blanche et des cravates de couleur vert foncé, marchaient dans les rues de Borlänge, Tess Asplund, une femme noire de 42 ans s’est mise sur le parcours de la manifestation et s’est confrontée aux leaders du groupe, le poing en l’air. L’image de courage et d’antifascisme a été partagée par des milliers de scandinaves sur Twitter et Facebook, et le photographe acclamé pour avoir réussi à saisir l’instant symbolique, marqueur de l’histoire de la Suède moderne.

Militants néonazis de l’organisation d’extrême droite appelée Nordiska motståndsrörelsen (Mouvement de résistance Nordique)

Tess Asplund avait participé le même dimanche à une contre-manifestation, organisée par le « Dalarna contre le racisme » pour dénoncer la marche nazi de Borlänge. Dans des déclarations faites aux médias locaux, Asplund, de Stockolm, a révélé sa surprise face au phénomène de diffusion massive de cette image ces derniers jours. « Lever le poing en manifestation, pour moi, ça n’a rien de nouveau » a déclaré Asplund qui compte 26 ans d’activisme derrière elle. Sur le moment, « l’un des leaders m’a regardé droit dans les yeux et je soutenais son regard. Il n’a rien dit et je n’ai rien dit. C’est après que la police est venue et que j’ai dû partir ».

Tess Asplund fait face à la manifestation nazie dans les rues de Borlänge (Suède) avant d’être écartée par la police.

Quand on lui demande si elle n’a pas eu peur face aux militants fascistes – dont beaucoup ont des condamnations pour faits de violence – Asplund se contente de répondre « ils ne me font pas peur ».

Le photographe David Lagërlof qui est parvenu à saisir le précieux instant a commenté la photographie sur son facebook « une seule femme est sortie dans la rue pour s’opposer à l’organisation nazi la plus violente de Suède. Cela s’est passé à Borlänge, le 1er mai, où les nazis ont pu obtenir l’autorisation de manifester. Avec son seul geste, cette femme a lever son poing et a refuser de partir. A quoi pense-t-elle ? Me suis-je demandé. Alors j’ai sorti mon appareil pour prendre la photographie ». « Face à elle, les leaders de l’organisation se rapprochent dans un silence solennel. Le regard de cette femme rencontre celui de l’homme qui s’avance au milieu de la rangée, c’est le chef de l’organisation qui semble regarder au loin et ne pas la voir. Il y a une courte bataille de regard avant que la police ne décide d’intervenir et d’écarter cette femme. »

Cette femme est une icône de la lutte contre l’extrême droite, la xénophobie et le racisme qui sévit en Suède comme dans toute l’Europe actuellement.

Source : mailonline
Traduction : Izquierdadiario.es

partager

Mots-clés