^

Jeunesse

Révélation du Monde

Université :+297% des frais de Master prévoit la Cour des Comptes

Tandis que lundi 19 novembre Edouard Philippe annonçait une hausse phénoménale des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers, Le Monde affirmait ce mercredi s’être procuré un rapport de la Cour des comptes présageant une augmentation généralisée à l’ensemble des étudiants.

Au printemps dernier, alors que le gouvernement imposait la sélection à l’entrée de l’Université et la casse d’acquis nés au cours des différents mouvements étudiants depuis mai 68, le Ministère de l’Education assurait cependant que les droits d’inscription ne seraient pas augmentés. Pourtant, moins de six mois après, ces promesses n’appartiennent plus qu’au passé. Ce lundi Edouard Philippe a annoncé la multiplication par 16 des prix pour les étudiants hors-UE. Un programme ironiquement nommé « Bienvenue en France » vise à faire passer les frais d’inscription en licence de 170 à 2770 euros, et de 243 à 3770 en master.

Et ce tri drastique visant à exclure de l’Université les enfants de classe populaire ne s’arrête pas aux étudiants étrangers. En effet, ce mercredi le journal Le Monde a affirmé s’être procuré un rapport confidentiel de la Cour de comptes nommé « Les droits d’inscriptions dans l’enseignement supérieur public » qui présagerait de l’augmentation des frais d’inscriptions pour tous les étudiants.

Selon le rapport, l’objectif serait dans un premier temps d’accroître de 297% les frais en Master, les faisant passer de 243 euros actuellement à 965 euros et d’augmenter de 105% pour les doctorats, de 380 à 781 euros. De plus, ces prix pourraient être réajustés chaque année en fonction de l’inflation et la Cour des comptes n’exclue pas que chaque université, à long terme, puisse elle-même fixer ses propres prix. Pour l’instant, aucune augmentation des frais de licence n’est annoncée car le gouvernement est bien conscient qu’il doit attaquer au fur et à mesure, pour tenter de canaliser un mouvement étudiant qui a montré dans le passé son explosivité.

L’objectif est bel et bien de fermer définitivement l’accès à l’université aux jeunes de classe populaire : après avoir imposé une sélection sociale drastique, ceux qui par miracle auraient pu passer entre les mailles du filet seront quand même recalés car ils ne pourront pas payer les frais d’inscription. En quelques mots, alors qu’aucun gouvernement n’a essayé d’attaquer l’Université publique en augmentant les prix depuis 1986 -et la loi Devaquet qui avait dû reculer devant les grèves étudiantes, l’objectif est actuel est le suivant : une destruction de l’Université publique, comme le démontre le rapport de la cour des comptes qui compare l’Université de demain à des écoles telles que Sciences Po ou Dauphine.

Face à cette nouvelle attaque qui devrait se préciser dans les prochaines semaines, les étudiants étrangers, exilés ou français, devront rapidement se mobiliser. Ils devront se saisir de la radicalité qui s’est exprimée au printemps dernier pour opposer un plan de bataille à échelle nationale, aux côtés du monde du travail.




Mots-clés

Plan Etudiants   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Université   /    Jeunesse