^

Jeunesse

Les partiels n'auront pas lieu !

Urgent. A la fac de Montpellier, le site internet des examens a été saboté !

L'université de Montpellier étant à la pointe de la mobilisation depuis plusieurs semaines, la direction de l'université avait décidé de saboter la mobilisation contre la sélection en organisant des examens en ligne. L'arroseur est arrosé. Le site des examens, construit pour l'occasion a été saboté.

Dans le cadre de la mobilisation universitaire contre la loi ORE, la sélection, et plus largement contre la politique du gouvernement, les étudiants mobilisés ont à nouveau eu le dessus.

La direction de l’université de Montpellier avait décidé de contourner la mobilisation en choisissant d’organiser des examens en ligne pour que les partiels se tiennent. Les ordres de la Ministre de l’ESR, Frédérique Vidal, étaient censés être respectés.

Ce sera partie remise. En effet, l’information est désormais officielle, quand bien même elle ne ferait pas plaisir à la présidence de l’université (ni à la ministre qui enrage) : le site des examens, construit pour l’occasion, a été saboté.

Les serveurs sont hors-service. Selon le ministère, d’autres données, relatives aux examens et partiels des années antérieures, auraient été perdues également. Bien entendu, la responsabilité de cette situation, si elle était vérifiée, relève des instances de gouvernance de l’université qui a voulu devancer les ordres de la ministre exigeant que les examens du second semestre 2018 se tiennent, coûte que coûte.

Par ailleurs, si les propos de la ministre sont avérés, il est indéniable qu’un incendie aurait causé les mêmes dégâts. Cette situation montre l’irresponsabilité et l’incurie de la direction de l’université et du manque de moyens dans les services informatiques.




Mots-clés

Plan Etudiants   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Montpellier   /    Université   /    Jeunesse