^

Politique

Vinci dans le coup

VIDEO. Soutien à Anatole : « Les gendarmes se sont acharnés sur un militant opposé à la construction du Grand contournement ouest »

Près de Strasbourg, ce mercredi 14 novembre, des gendarmes se sont acharnés sur un militant contre le Grand contournement ouest (GCO), le projet autoroutier de Vinci. « Des opposants au GCO déclarent avoir vu des gendarmes et des cadres » de la multinationale. Nous relayons ci-dessous la vidéo des violences policières.

« Attention images choquantes de la violence policière à l’encontre d’un militant anti-GCO pacifiste

Ce mercredi 14 novembre dans le secteur entre #Dingsheim et #Griesheim, près de #Strasbourg, des gendarmes se sont acharnés sur un militant contre le Grand contournement ouest (#GCO)

Le choc de ces images est d’autant plus violent quand on sait que la lutte contre le projet autoroutier de Vinci prône la non-violence et le pacifisme, et que d’après le tribunal administratif, il existe des "doutes sérieux" sur la légalité des travaux.

#ViolencesPolicieres »
Nous relayons ci-dessous le communiqué de soutien à Anatole :
« Pour s’être couché devant des machines sur un chantier du #GCO et s’être tenu aux jambes d’un autre militant, Anatole a été frappé et brutalisé par plusieurs gendarmes pour le maîtriser. Il comparait ce jeudi 15 novembre au Tribunal de Grande Instance de Strasbourg, à 14h.
Parmi les vingt militants présents, tous assis dans la boue, un seul a été ciblé, attrapé et emmené. Face à la répression policière sélective, une seule réponse est possible : la mobilisation générale en soutien !
Anatole n’a pas été seul sur le chantier,
il ne le sera pas non plus au tribunal !
Nous appelons à un rassemblement de soutien dès 13h au TGI, 1 Quai Finkmatt à Strasbourg, et devant tous les lieux de pouvoir en France.
Pour que cesse la violence et l’oppression militaire en France. »

Le texte de la vidéo :
« Les opposants au GCO déclarent avoir du des gendarmes et des cadres de Vinci échanger avant cette opération.
Cela interroge sur les liens que peuvent avoir certaines multinationales avec des institutions publiques telles que la gendarmerie.
D’autant plus que des jugements sont encore attendus en ce qu’il concerne le chantier du GCO.
La gendarmerie intervient donc violemment contre des militants pacifistes, pour permettre un chantier désastreux pour l’environnement, et qui présente des doutes sur sa légalité. »




Mots-clés

Zone à défendre   /    Répression   /    Politique