Jeunesse

"La peur a déjà commencé à changer de camp"

[Vidéo] Toulouse. 400 étudiants en AG, le Mirail entre dans la danse pour le retrait du projet de loi El Khomri !

Publié le 7 mars 2016

Environ 400 personnes ont participé à l’assemblée générale de ce lundi 7 mars, jour de rentrée, à la faculté du Mirail. Plusieurs décisions ont été prises, avec notamment l’appel à la grève et à manifester le 9 mars, ainsi qu’à poursuivre le mouvement jusqu’au retrait sans négociations ni amendements du projet de loi El Khomri.

Correspondants

Un appel unitaire d’organisations étudiantes et de la jeunesse sur Toulouse (UNEF, UET, Solidaires Etudiant-e-s, Psych Epic, les MJS, UEC, JC, NPA jeunes, Jeunes du PG, le Collectif Fac Stop Etat d’urgence, le CLEF et Révolution) appelait à une assemblée générale ce lundi 7 mars à 12h30 sur la fac du Mirail. Dès 7h30 du matin, une vingtaine de militant-e-s se sont réuni-e-s, sous la pluie, pour informer le maximum d’étudiant-e-s autour de la loi El-Khomri, avec distribution de tracts avant et après les cours devant l’entrée de la fac, intervention par petits groupes pendant les cours, dans les amphis et salles de cours sur toute la fac afin de mobiliser le plus grand nombre de personnes, que ce soit les étudiant-e-s ou les personnel-le-s. Il faut dire que le pari d’une AG un lundi de rentrée, bien que nécessaire au vue du calendrier de la mobilisation, laissait poindre le risque d’une participation faible. Il n’en a rien été.

« La peur doit changer de camp »


Ainsi ce sont près de 400 personnes qui ont participé à ce premier temps forts de la lutte contre la loi El Khomri à la fac du Mirail et qui sont venues en AG, pour s’informer sur cette « loi travail », mais aussi discuter et proposer des idées pour les mobilisation futures. Des intervenant-e-s étudiant-e-s, organisé-e-s ou non sont intervenu-e-s à la tribune, mais aussi des ouvriers syndiqués, notamment à SUD Rail, pour appeler à la convergence des luttes.

Au travers d’une motion l’AG s’est prononcée pour le retrait pur et simple de la loi, a appelé à la journée de mobilisation le 9, mais aussi à une poursuite du mouvement et ce dès le 17 mars.

« Nous, étudiant-e-s de l’université du Mirail, réuni-e-s à près de 400 le 7 mars en Assemblée Générale, exigeons le retrait pur et simple du projet de loi sur le Travail, et des mesures immédiates pour lutter contre la précarité.
Dire comme le fait la Ministre Mme El-Khomri que ce serait "absurde" que les jeunes se sentent concerné-e-s par cette loi qu’ils n’auraient pas "comprise", c’est prendre les jeunes pour des imbéciles. Nous avons bien compris le projet de loi, et c’est pourquoi nous le refusons. Nous refusons de travailler plus (jusqu’à 46 heures par semaine) pour gagner moins. Nous refusons de nous faire virer encore plus facilement pour grossir les chiffres du chômage qui nous touchent déjà particulièrement.

Ce refus, nous entendons l’exprimer dans la rue et par le nombre.
A dix ans de la lutte contre le CPE, c’est bien le spectre d’une mobilisation massive de la jeunesse convergeant avec celle des travailleur-se-s qui hante le gouvernement. C’est ce qui explique le report de la présentation du projet de loi devant le conseil des ministres. Avant même que nous ne soyons descendu-e-s dans la rue, la peur a déjà commencé à changer de camp !
Nous comptons bien donner raison à cette peur, et nous ne nous laisserons pas tromper par les manœuvres du gouvernement. Loin d’attendre assis la présentation d’une nouvelle mouture du projet de loi, c’est le moment de se mobiliser massivement pour imposer son retrait pur et simple. En ce sens, le 9 mars sera une échéance très importante et ne sera en même temps qu’un début.
Nous sommes conscient-e-s que pour faire reculer définitivement le gouvernement, c’est un mouvement d’ensemble dans la durée qui sera nécessaire.
C’est pourquoi nous appelons à une prochaine AG le Jeudi 17 mars à 12h30 et invitons l’ensemble de la communauté universitaire du Mirail à se joindre à nous.
Nous invitons l’ensemble des universités réunies en Assemblée Générale
- à rejoindre l’appel à la mobilisation pour le 9 mars
- à appeler à une nouvelle journée de mobilisation nationale le 17 mars prochain
- à travailler à la massification du mouvement par un travail d’explication patiente sur les conséquences de cette loi
- à ce que des initiatives soient prises pour faire le lien avec les travailleur-euse-s et les lycéen-e-s mobilisé-e-s, dans la perspective d’un tou-te-s ensemble »

Ce n’est qu’un début


D’autres décisions ont notamment été prises par l’AG, avec la création d’un comité de mobilisation destiné à organisé de manière exécutive et non-décisionnelle les résolutions de l’AG (dont la prise en charge d’un travail d’information envers les lycées, la préparation du 9 mars, la mise en place de réseaux d’informations sur internet et sur la fac...), un appel à la grève pour le 9 mars, et au rassemblement des cheminots le même jour à 14h à Toulouse, mais aussi à la grande journée de convergence le 11 mars sur le Mirail (avec un meeting qui verra la présence de Gérard Filoche et aussi de plusieurs syndicalistes combatifs) et pour finir, deux nouvelles assemblées générales le 15 et le 17 mars.

Le Mirail donne désormais rendez-vous le mercredi 9 mars, à Jeanne d’Arc à 11h30 pour la manifestation prévue contre la loi El-Khomri et pour son retrait !