^

Politique

Acte 59

A Paris, "on ira jusqu’au retrait" : les Gilets jaunes convergent avec les grévistes RATP-SNCF

La manifestation parisienne ce samedi 28 décembre, pourtant en pleines vacances scolaires, a réuni plusieurs milliers de personnes dans une ambiance très combative et est placée sous le signe de la convergence des Gilets jaunes avec les grévistes SNCF RATP contre la réforme des retraites.

samedi 28 décembre 2019

Des milliers de personnes manifestent dans les rues de Paris aujourd’hui. Démarrée de Gare du Nord, la manifestation s’est élancée en direction de Place du Chatelet, en passant par la place de la République.

Malgré les vacances scolaires, le nombre de manifestants est impressionnant et surprend les éditorialistes des grandes chaînes d’information. Malgré les annonces d’Emmanuel Macron en Côte d’Ivoire, ou des ministres du gouvernement qui tentaient, ce matin encore, de minimiser la réalité de la grève, la détermination des grévistes restent très importante et leurs soutiens mobilisés.

Autre élément important à retenir de la manifestation, le cortège des Gilets jaunes, qui s’étaient réunis pour l’Acte 59 au départ de la Place de la Bourse à plusieurs centaines, a convergé avec le cortège interprofessionnel contre la réforme des retraites. Malgré une présence policière forte et une tentative d’encadrer leur cortège, ceux-ci ont réussi à rejoindre Gare du Nord pour s’élancer, avec le reste de la manifestation, dans une ambiance des plus combatives.

De nombreux cortèges se succèdent dans les rues de Paris, avec, en tête, le cortège des Gilets jaunes, suivi de près par un gros cortège de grévistes de la RATP, des lignes de métro et des dépôts de bus.

On distingue également une forte présence des cheminots, en grève depuis le 5 décembre, et présents dans une ambiance électrique.

Malgré les vacances scolaires, un cortège de nombreux enseignants sont également présents dans les cortèges.

En définitive, la manifestation de ce samedi 28 décembre est une véritable démonstration à l’égard du gouvernement mais également des directions syndicales des organisations dites « réformistes », qui ont appelé de leurs vœux à une trêve pour Noël. La base du mouvement ouvrier, elle, l’entend autrement, comme le démontre les nombreux cortèges de grévistes, ou encore le communiqué de la coordination SNCF-RATP qui se tenait hier pour organiser les suites de la grève en Ile de France pour la seconde semaine de vacances.




Mots-clés

Politique