^

Culture et Sport

Tour de France 2019

Bruxelles. La police évacue les migrants du Parc Maximilien où doit passer le Tour de France

Le Tour de France 2019, n’a pas encore commencé qu’un premier scandale vient éclabousser cette 106ème édition. La ville de Bruxelles d’où commence la Grande boucle, a fait évacuer les migrants d’un parc de la ville. Les coureurs passeront à quelques dizaines de mètres du parc. Coïncidence ?

jeudi 4 juillet

Crédit photo : montage photo /Photo News

Comme chaque mois de Juillet, le Tour de France arrive. Il n’est pas rare que le Grand départ soit donné dans un autre pays. Pour les 50 ans de la première victoire d’Eddy Merckx, c’est la Belgique et plus précisément sa capitale Bruxelles qui a été choisie. Il est prévu que la Grande boucle longe le parc Maximilien dans les premiers kilomètres du Grand départ ce samedi 6 juillet, et toute la journée de dimanche lors de la course contre la montre par équipes.

Ce parc a la particularité d’être un lieu où des migrants se sont installés. Souvent évacué de force par les forces de répression, cela a été encore une fois le cas dans la nuit du 28 au 29 juin. Une centaine de migrants ont donc été évacués du parc Maximilien à une semaine du départ du Tour de France 2019.

C’est vers 22h que les forces de répression et des chiens sont venus procéder à cette évacuation. Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, explique à la RTBF : « Nos bénévoles nous ont appelés en panique aux alentours de 22h30 parce qu’une opération de police avait lieu au parc Maximilien avec chiens et maîtres-chiens. Avec, selon le propos du policier adressé aux bénévoles, un ordre qui était donné pour les huit prochains jours d’évacuer le parc et de faire en sorte que les personnes n’y viennent pas. Je cite : "Pour le Tour de France". »

De son côté, la ville de Bruxelles se défend d’avoir voulu cacher la misère des migrants. « C’est une fausse information : le Tour de France passe en journée et non la nuit », a expliqué au Soir, le bourgmestre PS de la Ville de Bruxelles, Philippe Close. D’après lui, les migrants sont revenus s’installer dans le parc après avoir été délogés de la gare du nord au mois de mai.

Les migrants venaient à la gare du nord pour avoir à manger grâce aux bénévoles et pour dormir dans la gare qui ne ferme pas la nuit. Mais leur présence a fait débat en Belgique lorsque la société de transport flamande De Lijn a annoncé que ses bus ne s’y arrêteraient plus à cause de, selon eux, « l’insécurité qui y règne et du manque d’hygiène ». Des idées nauséabondes venant de la société de la région flamande où l’extrême-droite a fait un total de 43,3 % aux dernières élections. Maggie De Block, de OpenVld et ministre à l’Asile et la Migration, qui n’a rien a envié à son prédécesseur d’extrême-droite Théo Franken (N-VA) au niveau de la chasse aux migrants, s’était félicitée de cette évacuation : « Nous rendons la gare du Nord aux navetteurs et aux voyageurs ». De plus, le gouvernement a menacé les migrants qu souhaitaient y retourner expliquant qu’ils seront conduits par la police en centre fermé. Sous entendu qu’à la clef, ils seront expulsés, car pour beaucoup de migrants, la Belgique n’est qu’un pays transitoire avant de tenter de rejoindre la Grande-Bretagne.

De fait, pour certains, ils n’avaient guère le choix de revenir au Parc Maximilien. Le bourgmestre explique que c’est pour le bien des migrants puisqu’ils seront relogés par le Samu social. Le problème étant qu’il n’y a seulement que 90 places ouvertes pour une centaines de migrants et surtout qu’ils ne seront logés qu’un mois. C’est à dire bien après que le Tour de France ait quitté Bruxelles, et que les caméras ne soient plus braquées sur la misère des migrants à Bruxelles. Si le Samu social espère que le délai soit allongé , il faut plus tabler sur un retour des migrants dans le Parc Maximilien au mois d’Août.

Le Bourgmestre de Bruxelles et l’organisation du Tour de France ne veulent pas montrer sur les 78 chaînes de télévision qui retransmettent la Grande boucle dans 170 pays, comment la Belgique traite les migrants et à quel point ils sont laissés à l’abandon de manière criminelle. Le Tour de France doit rester un événement joyeux déconnecté de toute réalité, vendre de la poudre aux yeux de plus de 2 milliards d’auditeurs et téléspectateurs qui suivent l’événement dans le monde.




Mots-clés

Migrants   /    Belgique   /    Tour de France   /    Culture et Sport