^

Du Pain et des Roses

Badinter ? Bonjour le « féminisme » bourgeois réactionnaire !

Les figures féministes de Badinter ? Marine Le Pen et Pénélope Fillon. Rien que ça !

Invitée ce mardi matin sur France Inter, Elisabeth Badinter a notamment été interrogée sur les perspectives de victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle. Quand on lui demande alors « c’est une victoire du féminisme ? » - une question déjà aberrante en soi -, Elisabeth Badinter répond après une courte hésitation : « C'est peut-être une victoire du féminisme, c'est pas une victoire de la démocratie. » L’interview se poursuit, elle ajoute un peu plus loin questionnée sur l’affaire PenelopeGate : « la personnalité de Mme Fillon suscite chez moi de la compassion. C'est terrible ce qui lui arrive ». Quand Elizabeth Badinter donne son point de vue « féministe » sur l’actualité c’est toujours… un scandale.

mardi 7 février 2017

Cécile Manchette

Nul doute que la philosophe et essayiste dont les livres sont très lus et qui est régulièrement invitée pour donner son avis « féministe » sur tel ou tel sujet continu toujours plus d’emprunter le chemin de la droite réactionnaire et raciste.

Ce n’est pas nouveau, mais Elizabeth Badinter a définitivement basculé du côté de la droite réactionnaire, raciste et bourgeoise. Elle est aujourd’hui une figure du paysage médiatique qui incarne le tournant réactionnaire d’un féminisme blanc bourgeois. Ce « féminisme » qui vient donner de (grandes) leçons aux femmes non-blanches, musulmanes, non-bourgeoises. De ces "féministes" qui sont tombées dans le « piège » de l’islamophobie, du racisme et qui se battent aujourd’hui contre le port du voile au nom de l’émancipation des femmes. Elizabeth Badinter n’en n’est pas à son premier coup d’éclat dans les médias, elle qui s’est opposée dernièrement à la « mode islamique », qui a été dans tous les débats contre le port du voile à l’école depuis la fin des années 80.

Aujourd’hui ,elle affiche également de la « compassion » pour Pénélope Fillon empêtrée avec son époux François Fillon dans une affaire de filloneries, qui n’en finit pas de s’étoffer ainsi qu’une certaine affinité purement « féministe » avec Marine Le Pen.

Contre ces figures médiatiques à qui l’on donne régulièrement la parole, il est grand temps qu’un autre féminisme prenne la parole. Un féminisme qui s’oppose clairement à toute instrumentalisation du féminisme à des fins racistes, un féminisme du côté des femmes racisées, du côté des femmes précaires, du côté des femmes qui subissent de plein fouet les violences de cette société sexiste, raciste et capitaliste