×

La police tue

Un homme tué par balle par deux gendarmes en Guadeloupe, le deuxième homicide policier de 2024

Ce mardi, un homme a été abattu à Goyave en Guadeloupe par deux gendarmes lors d'une intervention, faisant une deuxième victime de la police depuis le début de 2024. Un nouvel homicide policier face auquel les auteurs tentent déjà de se justifier en criminalisant la victime.

Joshua Cohn

10 janvier

Facebook Twitter
Un homme tué par balle par deux gendarmes en Guadeloupe, le deuxième homicide policier de 2024

Crédit photo : Mairie de Goyave, Wikimedia Commons

Ce mardi à Goyave, une commune à l’est de Basse-Terre en Guadeloupe, un homme a été abattu par deux gendarmes. Ceux-ci avaient été contactés en raison d’une agression à l’arme blanche ayant fait deux blessés. Les gendarmes racontent avoir été attaqués à leur arrivée par la victime âgée de 39 ans, équipée d’une arme blanche, et avoir tiré. Cette version est contestée par la sœur et le neveu de la victime, sans plus de détails pour le moment.

Une autopsie va être réalisée et deux enquêtes ont été ouvertes. La première porte sur les agissements des gendarmes pour « violence par une personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner », une qualification qui écarte donc a priori qu’ils puissent avoir eu conscience de la conséquence mortelle d’un tir d’arme à feu. La seconde enquête porte sur la victime pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique et violence avec arme  », mélangeant sans vergogne l’attaque à l’arme blanche ayant précédée l’intervention des gendarmes avec les accusations de ces derniers à l’encontre d’un homme mort.

On assiste ainsi au procédé classique de criminalisation des victimes de la police et de la gendarmerie, dont le dossier est rempli sans preuve sur simple déclaration des agents présents lors de l’intervention fatale.

Ce tir mortel intervient quatre jours après le décès d’un Martiniquais tasé à mort à Montfermeil, en Seine-Saint-Denis. Dix jours après le début de l’année 2024, il s’agit donc déjà du deuxième mort imputable à la police ou à la gendarmerie.

Ces drames s’inscrivent dans la continuité de la brutalité policière raciste qui s’illustre tous les ans par des dizaines de morts : 29 en 2023, 42 en 2022, 52 en 2021. A ce titre, l’année dernière avait été marquée par une percée médiatique des « refus d’obtempérer » mortels, à la suite du cas emblématique du jeune Nahel au début de l’été dernier.

Cette mort illustre aussi le caractère colonial de la présence française dans lesdits « outre-mer » où la gendarmerie réprime la population locale avec brutalité et le plus grand mépris raciste. L’année dernière, par exemple, un gendarme en intervention avait menacé un propriétaire agricole qui le filmait, avant de lancer : « C’est grâce à nous si vous avez la CAF et le RSA !  »

Suite à une année marquée par la répression des quartiers populaires dont la colère contre les violences policières a explosé cet été, ce nouveau meurtre montre la nécessité d’une bataille contre le racisme d’État dans son ensemble, en allant des violences policières aux politiques discriminantes comme l’interdiction des abayas à l’école ou encore la dernière loi immigration.

En 2024, luttons tous ensemble, dans la jeunesse, depuis les lieux de travail et d’études, et dans les quartiers populaires, contre le racisme d’État, la loi immigration et les violences policières !


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Toulouse. La direction de la fac Paul Sabatier fait expulser une centaine de mineurs isolés

Toulouse. La direction de la fac Paul Sabatier fait expulser une centaine de mineurs isolés


L'imam Mahjoubi expulsé : la loi immigration au service d'une campagne raciste basée sur une fake news

L’imam Mahjoubi expulsé : la loi immigration au service d’une campagne raciste basée sur une fake news

« Rideau de fer maritime », expulsions massives : à Mayotte, le gouvernement prépare l'acte II de Wuambushu

« Rideau de fer maritime », expulsions massives : à Mayotte, le gouvernement prépare l’acte II de Wuambushu

Mort d'Adama : le parquet reconnaît l'implication des gendarmes mais continue de défendre l'impunité

Mort d’Adama : le parquet reconnaît l’implication des gendarmes mais continue de défendre l’impunité

Menace d'expulsion de l'imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Menace d’expulsion de l’imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Expulsions de SDF : comment l'Etat organise le « nettoyage » de Paris à l'approche des JO

Expulsions de SDF : comment l’Etat organise le « nettoyage » de Paris à l’approche des JO

14 février 1974 en Martinique : l'Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

14 février 1974 en Martinique : l’Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève