^

Jeunesse

Première manif étudiante

4000 étudiants en manifestation spontanée dans Paris contre la hausse des frais d’inscription

La première manifestation du mouvement qui commence à se structurer dans les universités contre la hausse des frais d’inscription, a été aujourd’hui réussie dans la capitale, réunissant 4000 étudiants dans une manifestation spontanée.

A l’origine, ils devaient se rassembler devant Campus France, l’organisme gouvernemental qui gère les dossiers des étudiants étrangers, pour protester contre la hausse des frais d’inscriptions qui doit, dès l’an prochain, faire passer à 2770€ par an en licence et 3770€ en master et doctorat les frais d’inscriptions pour tout étudiant non européen. Comme l’ont rappelé les étudiants, étrangers ou non, c’est « une loi raciste et xénophobe », comme le crie dans le mégaphone un étudiant de Paris 8. Avec Paris 1-Tolbiac et Paris 3-Censier, ce sont les trois universités franciliennes les plus mobilisées contre cette hausse des frais d’inscription. « C’est non seulement l’instauration de la préférence nationale à l’université, mais aussi la porte à une université payante pour tous. On est tous concernés !  » nous confie Camille, étudiante en géographie à Paris 1.

Après avoir attendu toutes les universités qui avaient répondu à l’appel de Nanterre, ainsi que des centaines de lycéens (plusieurs lycées parisiens ont été bloqués aujourd’hui, dont Jacques Monod et Henri IV dans le 5ème arrondissement), la foule décide finalement de ne pas s’attarder devant le bâtiment vide et partent en manifestation sur les quais du canal Saint Martin, avant de rejoindre République, Bastille, puis la Gare de Lyon. Partout dans la rue, des signes de soutien des passants se multiplient : parfois un poing levé, un coup de klaxon, des mains qui se serrent… Sur le direct de Révolution Permanente, les soutiens de toute la France s’expriment : « Bravo les jeunes, c’est pour votre avenir ! » commente une internaute ; un autre les exhorte à venir samedi à « l’Acte IV » des Gilets Jaunes : « Rejoignez nous les Gilets Jaunes, il faut changer de gouvernement ! Tous contre Macron ».

Il faut dire que chez les étudiants, le positionnement est assez clair : il faut soutenir « ce mouvement populaire » comme le décrivent beaucoup d’entre eux. A de nombreuses reprises, le slogan de l’hiver, « Macron démission », est entonné, agrémenté d’un « Pas de frais d’inscriptions ». Mais surtout, pour beaucoup, il s’agit, au-delà d’une simple sympathie, d’une réelle volonté d’alliance : pour Clémence, en droit à Paris 1, « étudiants et Gilets Jaunes devraient lutter main dans la main. Nous avons les mêmes intérêts, nous devons nous allier contre Macron. Tandis qu’il détruit les services publics dont les universités, le seul avenir qu’il nous propose, c’est le chômage et la précarité. C’est ce contre quoi luttent les Gilets Jaunes ; il faut les rejoindre  ».




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Université Paris 1   /    Manifestation   /    Sélection à l’université   /    Lycées   /    Université   /    Jeunesse