^

Notre classe

La CGT et FO mettent la pression sur l'Etat

870 licenciements en vue dans le groupe Auchan, malgré les millions d’euros versés par l’Etat

Les salariés des dépôts Simply Market d'Amiens se mobilisent depuis des mois contre un PSE qui prévoit une réduction drastique d'effectifs, dans le cadre d'un plan national de suppressions de postes dans le groupe Auchan. Dans un communiqué que nous relayons ci-dessous, la CGT rappelle à quel point la perfusion d'entreprises privées par des fonds publics via les crédits d'impôts CICE est une mascarade, et appelle l'Etat à prendre ses responsabilités.

Les représentants de salariés CGT et FO de Simply Market Amiens reçus au ministère du travail jeudi et à la région vendredi

La CGT et FO seront reçus, dans le cadre du projet de PSE du groupe Auchan qui vise à licencier 870 personnes en France et une soixantaine sur Amiens, au ministère du travail jeudi après-midi par M. Patrice IVON, conseiller en charge des Mutations économiques et de la santé au travail au 127 rue de Grenelle à Paris, et vendredi matin nous serons reçus par la région au haut de France dans les locaux de la direction de l’appui aux entreprises du Conseil régional au 2 boulevard Jules Verne à Amiens, par Céline Defrance et Pierrick Jallot.

Une occasion pour la CGT et FO d’affirmer que le groupe Auchan doit prendre ses responsabilités sociales et humaines, de réaffirmer que ce plan social est financé par les salariés et toute la population pour une seule raison : augmenter les dividendes de la famille Mulliez, l’un des plus gros CICEvore (mangeur de CICE), car c’est en moyenne plus de 40 millions à l’année qui sont touchés par le groupe. Alors oui nous irons demander jusqu’à quand l’état va perfuser ces entreprises qui n’ont aucun souci à toucher l’argent du contribuable, et les jeter comme de vulgaires mouchoirs dans la misère certaine. Auchan doit au minimum préserver l’emploi qui fait sa richesse financière.

Dans la grande distribution le problème n’est pas la taille des parts du gâteau que les grands groupes veulent se partager, c’est le gâteau en lui-même qu’il faut augmenter. Pour cela, augmenter le pouvoir d’achat de tous les citoyens devient une nécessité, sinon la spirale ne fera que continuer et la seule question que l’on finira par se poser est "c’est quand mon tour ?".




Mots-clés

Grande distribution   /    Licenciement(s)   /    CGT   /    Notre classe