^

Notre classe

Grève du nettoyage des gares de Paris Nord

Après la répression, une centaine de personnes en soutien aux grévistes d’ONET ce samedi soir

Samedi à 22 heures sur le parvis de la gare de Saint-Denis, une centaine de personnes se réunissait aux côtés des grévistes du nettoyage des gares SNCF, en grève depuis 31 jours. Ce rassemblement nocturne était une réponse au coup de force organisé la veille par la société de sous-traitance H.Reinier-ONET et la direction de la SNCF, aidés de la police nationalepour nettoyer la gare. Prochain rendez-vous, lundi à 19h au local des grévistes à la gare de Saint Denis, pour la première réunion du comité de soutien ouvert à tous et toutes.

Le rassemblement a permis de faire un point sur la lutte exemplaire en cours, et de continuer à donner de la force aux travailleur-se-s. Il a été l’occasion de revenir sur les événements de la nuit passée au cours de laquelle, piétinant le droit de grève, la société H.Reinier a envoyé des intérimaires protégés par la police pour nettoyer la gare à 2 heures du matin. Un événement parlant à plusieurs titres. D’une part, parce qu’il rappelle aux travailleur-se-s en lutte ce que valent les promesses du patronat. En effet, quelques heures avant d’envoyer la police casser la grève, les négociateurs de H.Reinier prétendaient être attentifs aux revendications et concluaient la réunion par un « on se revoit lundi » bien hypocrite au regard de la suite des événements.

D’autre part, parce qu’il met clairement en lumière la complicité de la SNCF avec ces tentatives de briser la grève. En effet, sans l’approbation de la direction de la société de chemin de fer, il n’aurait pas été possible d’accéder à la gare pendant les horaires de fermeture pour la nettoyer de force. Le soutien des cheminots présents ce soir-là prenait, dans ces conditions, encore plus de valeur.

Ce soutien et ces liens entre salariés du nettoyage et cheminots nous rappellent, s’il le fallait, que la solidarité entre travailleurs de différentes entreprises est non seulement possible mais essentielle pour mener des combats et être plus forts face au patron. Étaient également présentes deux militantes de la CGT HPE impliquées en ce moment même aux côtés des grévistes d’Holiday Inn, venues ellesaussi, après l’action commune de la semaine passée, réaffirmer leur soutien aux salariés d’H.Renier-ONET en grève.

Lors des prises de parole, cheminots, étudiants, syndicalistes, militants de la ville de Saint Denisont tous mis l’accent sur l’exemplarité de cette lutte, la leçon de courage et d’abnégation que donnent chaque jour les grévistes, et sur la nécessité de continuer à les soutenir, par sa présence mais aussi par la collecte de fonds pour la caisse de grève. Cette dernière action est particulièrement importante pour la survie de la grève, et pour appuyer les travailleur-se-s qui, après 32 jours de grève, ont dû sacrifier leur salaire pour défendre leurs droits !

Par ailleurs, la soirée a été l’occasion d’annoncer la création d’un Comité de Soutien aux grévistes, qui se réunira pour la première fois lundi 4 novembre à 19h, au local des travailleurs du nettoyage sur le parvis de la gare de Saint-Denis. Ce comité, ouvert aux organisations, associations, collectifs militants et personnes qui veulent s’impliquer dans le soutien à la grève,devra permettre d’organiser des actions de soutien toute au long de la semaine, et permettra de continuer à faire connaître la grève pour accompagner les travailleurs vers la victoire.

Après ces prises de parole, la soirée s’est achevée au son de la percussion et autour d’un café offert par les travailleurs du nettoyage. C’est ainsi que grévistes et soutien se sont retrouvés pour réaffirmer leur volonté d’aller jusqu’au bout de cette lutte.

Contribuer à la caisse de grève :

Par CB sur internet : sur le Pot commun
Par Chèque : à l’ordre du Syndicat Sud Rail de Paris Nord à l’adresse du syndicat : 39 Bis Boulevard de la Chapelle 75010 Paris.
En espèces : Directement sur le piquet Gare de St Denis




Mots-clés

Onet   /    Saint-Denis   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe