^

Politique

Témoignage et vidéos.

Attaque de l’extrême-droite à la fac de Montpellier : "J’ai vu l’administration applaudir face au sang d’étudiants en lutte pour leurs droits"

A Montpellier, sous les coups de minuit, ce 22 mars, le doyen de la faculté de droit et de science politique a envoyé une milice d'extrême droite déloger les lycéens et étudiants mobilisés contre le Plan Étudiants, ils occupaient pacifiquement un amphi. Matraque, taser, des étudiants sont blessés à la tête. Le tout sous le regard du doyen et sa sécurité. Le bilan fut de quatre blessés graves, dont deux à la tête. Nous relayons ci-dessous plusieurs témoignages, ainsi que plusieurs vidéos.

Un témoignage publié sur le site de France 3 Occitanie et une compilation de vidéos :

"Tout ce que je raconte, je l’ai vu.

La fac de droit de Montpellier, l’UM3, était occupée par les étudiants.

On était encore une cinquantaine dedans.

Des hommes, une dizaine, en noir, masqué, avec des batons, des bouts de palettes sont entrés. Ils n’ont pas parlé. Ils ont sorti tout le monde, en les frappant, en les matraquant au sol, en les traînant par terre. En les fracassant au sol, bordel de merde. C’est moi qui ai filmé. Ils ont poussé tout le monde dehors, en les frappant. Le Doyen de la Fac de Droit était présent. Je l’ai vu ouvrir la porte à ces hommes. J’ai vu les portes de la fac se refermer, avec ces hommes à l’intérieur. J’ai vu le directeur d’une institution publique s’enfermer avec un groupuscule extra violent. J’ai vu une amie au sol, en sang, avec le portail qui se referme sur ses jambes. En arrière plan, j’ai vu l’administration qui était présente sur les lieux applaudir.

Applaudir face au sang d’étudiants en lutte pour leurs droits. J’ai vu ces hommes qui voulaient casser des "gauchos", j’ai senti leurs coups sur mon corps. Trois étudiants sont partis avec les pompiers. La police n’est pas rentré dans la fac, elle n’en avait pas le droit sans l’accord du doyen. La police n’a pas arrêté ces hommes. Ils sont sortis par la sortie de secours, et les policiers les entouraient, comme une escorte de ministre. Le doyen n’a pas autorisé la police à rentrer dans la faculté, pour arrêter les hommes qui ont envoyé 3 étudiants à l’hôpital. Le doyen de la fac de droit, je l’affirme parce que je l’ai vu, a montré à ces hommes, dont il n’avait pas peur, les "cibles". Des étudiants, des jeunes comme vous.

C’est ce que j’ai vu.

Ce n’est plus une question de lutte sociale, ça va au delà de l’antifascisme. Je vous demande de ne pas laisser ces personnes, ce doyen, ce groupuscule ultra violent agir en toute impunité. Je vous demande de relayer ce témoignage, je vous demande de demander des comptes à nos côtes.

Parce que sur le sol de la fac de droit est tâché du sang de jeunes qui voulaient juste continuer leurs études, et qui s’engageaient en ce sens. Parce que la police n’a rien fait. Parce que j’ai peur, si c’est ça l’éducation nationale, si c’est ça, la police qui est censé nous protéger, si c’est ça, mon pays."

Une autre vidéo vue sur Facebook.

Un autre témoignage vu sur Facebook

23 mars 2018, 00:04 ; Fac de droits de Montpellier

À la suite de la manifestation du jeudi 22 mars 2018, notre rassemblement d’étudiants de la faculté Paul Valéry engagé en défaveur de la loi Vidal, de la mise en place du projet de réforme du baccalauréat, de celui de la réforme de la fonction publique et plus grossièrement de l’entièreté de la privatisation malsaine des institutions françaises instaurées par le gouvernement Macron s’empare en début d’après-midi de l’amphithéâtre principal de la faculté de droits et de sciences politiques de Montpellier pour revendiquer les libertés que leurs aïeuls ont su acquérir lors de combats politiques. Personnels des Universités, lycéens et enseignants nous accompagnent dans ce mouvement pacifique et démocratique et s’entament des échanges à tour de parole à durée limitée. Dérangés par cette occupation et ces revendications, un groupe d’universitaires de l’Université de Droits s’insurge et pénètre l’amphithéâtre faisant preuve d’une forte intimidation. Au vu des résistances manifestées et malgré les protestations d’un certain nombre d’étudiants de Sciences Politiques et de Droits en accord avec le mouvement, la discussion reste impossible. Sans perdre son sang-froid et pour appuyer sa position, l’assemblée générale ayant lieu dans l’amphithéâtre en question vote avec une écrasante majorité l’occupation du lieu toute la nuit. Notre objectif : faire prendre conscience au peuple que ces ordonnances macronistes digne d’un Napoléon Bonaparte rédigées et mises en place en douce seront toujours récusées dans la mesure où elles agissent sournoisement à l’encontre de l’égalité et creusent encore et toujours l’écart des classes sociales.

Malheureusement, alors que la prise de position se déroule dans la plus grande des tranquillité, nous percevons le président guetter suspiscieusement les lieux et compter les élèves occupants. Quelques secondes plus tard, une quinzaine de réactionnaires frénétiques cagoulés surgissent et fracassent la tête de certains étudiants qui, terrés comme des lapins, n’ont pas le temps de s’échapper.
Une fois les étudiants mis à l’abri à l’extérieur de l’édifice, une fois les représailles estompées, nous avons perçus les personnes cagoulées se diriger dans un couloir de l’université escortés par les vigiles et le président de la fac.

Nous supposons que loin d’être entrés par la porte traditionnelle ces fous alliés ont pénétré l’édifice par les issues disposées à l’arrière qui étaient censées être condamnés par les vigiles présents... Quoiqu’il en soit ce groupe fasciste n’a pas pu agir sans adjuvant.

En ce qui me concerne, j’étais à l’entrée du bâtiment au moment des faits et ne peux attester du déroulement précis des événements bien que j’eus perçu des bribes d’agressions par la fenêtre de l’amphi éclairé. Néanmoins, je tiens vraiment à vous transmettre ces témoignages de plusieurs de mes camarades qui, en toute objectivité, se tiennent avec cohérence :

- quelques temps avant l’agitation, les vigiles auraient communiqués entre eux sans discrétion comme s’ils étaient bien informés de ce qui allait suivre

- au moment des faits, complice, le président de l’université aurait prononcé la phrase suivante : "Qui sème le vent, récolte la tempête"

- un des étudiants de Droits partisan du mouvement d’occupation semble avoir reconnu l’un de ses enseignants sous une cagoule

De surcroît, nous n’évoquerons ni la passivité exubérante des forces de l’ordre (qui sont apparus comme par magie à la suite des violences) contre les agresseurs ni leur arrogance envers les victimes...

Ce soir, une de mes amies, volontaire mais douce et pacifiste, a été mise à terre dans l’amphithéâtre et a été rouée de coups avant d’avoir le crâne ouvert par ces salauds à coup de lourds morceaux de bois tranchants. Alors qu’elle recevait toujours des coups nous l’avons tiré pour la mettre hors de portée. Alors que la grille métallique de l’entrée se refermait brusquement sur ses jambes nous l’avons mise hors d’atteinte. Jusqu’où ces criminels auraient-ils pu être capable d’aller ? Jusqu’où ces atrocités auraient-elles été poursuivies ?

Certes, ces nouvelles affligeantes surgissent aux yeux de tous comme des ignominies infamantes, terrifiantes et nous harassent au plus haut point. Mais nous ne devons pas baisser les bras !
Il est en effet de notre devoir de citoyen libre de poursuivre la lutte afin que nos courageux camarades n’aient pas subits de tels outrages en vain.

Le message qui résulte des événements qui ont eu lieu cette nuit est bel et bien clair : Luttons au nom de la liberté ! Luttons contre ces actes criminels en tout point ! Vainquons ces barbares ! Unissons nous sans relâche pour la paix et la démocratie ! Et ce, plus que jamais, je vous en prie, dans la non violence. Ne faisons pas ce plaisir au gouvernement de voir les étudiants, le peuple se diviser car c’est encore une fois ce qu’il cherche ! Gardons en tête le vrai opposant derrière tout ça et attaquons-nous à la source du problème !

Pour finir, je souhaiterais tenter de faire comprendre combien les évènements qui ont eu lieu ne sont pas anodins et doivent susciter - et peu importe si le mot semble fort - la RÉVOLTE ! Mobilisez-vous, c’est important !




Mots-clés

Sélection à l’université   /    Montpellier   /    Université   /    Extrême-droite   /    Politique