^

Monde

Une agression qui n'a pas ému la police

Brésil : une jeune femme mutilée au couteau, une croix gammée dessinée sur le ventre

Depuis bientôt une semaine et les résultats du premier tour de l'élection présidentielle au Brésil, les violences se multiplient de la part des partisans du candidat d'extrême-droite, Jair Bolsonaro. Une jeune femme a notamment été mutilée au couteau, une croix gammée dessinée sur le ventre. Une agression qui n'a pas ému la police, dans un contexte de forte résurgence de l'autoritarisme.

Crédit Photo : Rassemblement des partisans du candidat Jair Bolsonaro - Sebastião Moreira

L’agression de cette jeune femme de 19 ans a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi, à Porto Alegre. Motif : elle portait un t-shirt « Ele Nao » (« pas lui »), en référence à Jair Bolsonaro. Trois partisans du candidat d’extrême-droite l’ont alors rouée de coups avant de lui graver une croix gammée sur le ventre à l’aide d’un canif. Un acte d’une extrême violence loin d’être anodin et profondément lié au contexte politique actuel, marqué par la présence de Jair Bolsonaro au second tour des élections présidentielles, qui a engendré une hausse des violences des agressions et meurtres homophobes, racistes et sexistes .

La réaction des autorités face à la jeune brésilienne montrent que cette polarisation de la société se joue aussi en premier lieu au sein des institutions étatiques. Le chef de la police locale a en effet ouvertement déclaré à BBC News lui avoir dit que la croix gammée était un signe de la relation bouddhiste, et un symbole de paix. Une attitude des institutions de l’Etat qui légitime et dédramatise l’usage de symboles éminemment fascisants.

Les institutions répressives brésiliennes semblent donc totalement rentrer dans cette connivence avec l’autoritarisme voulu par Bolsonaro et ses proches. Un certain nombre d’entre eux, issus des forces armées, sont d’ailleurs loin d’avoir rompu le lien avec la dictature militaire qu’a connu le pays entre 1964 et 1985. C’est le cas de son vice-président, Mourao, fervent soutien de la dictature. Alors même qu’il reste un second tour à l’élection présidentielle, plusieurs futurs ministres ont déjà été désignés. Hommes corrompus, esclavagistes et autres militaires assumeront les plus hautes fonctions de l’Etat.

Ce processus s’inscrit dans la continuité du coup d’Etat institutionnel orchestré contre Dilma Roussef en 2016. C’est également dans ce sens que vont les décisions du pouvoir judiciaire à l’encontre de Lula durant toute la campagne. Décisions de justice prises sous la pression des putschistes. « Bolsonaro est l’enfant du coup d’Etat institutionnel qui a destitué Dilma Roussef », déclarait cette semaine Myriam Bregman, députée argentine du Parti des Travailleurs Socialistes (PTS). « Ces élections sont totalement frauduleuses, elles n’ont absolument rien de démocratique. »

Une montée de l’autoritarisme voulue par le pouvoir judiciaire, et dans l’intérêt des capitalistes nationaux et internationaux. C’est là un autre aspect de la candidature de Bolsonaro : il possède l’appui de la plupart des multi-millionnaires qui tiennent l’économie du pays et qui cherchent à accentuer l’exploitation des travailleurs.

Le bonapartisme voulu par le très probable futur gouvernement pourra s’appuyer sur une légitimité « démocratique ». Certes manipulées, ce sont bien les élections de dimanche dernier qui ont abouti à un Congrès encore plus réactionnaire, bien que polarisé (le PT conserve le plus grand nombre de députés) sur lequel Bolsonaro pourra s’appuyer une fois élu. Ce sera bien évidemment un argument de poids pour l’extrême-droite au moment de mener toutes les réformes réactionnaires voulues par la bourgeoisie brésilienne. Un système politique qui s’appuiera également sur l’autoritarisme du pouvoir judiciaire, le soutien affirmé de l’armée, et la police comme « force de choc » (y compris pour faire passer des croix gammées pour des symboles bouddhistes).

Et au besoin, ils n’hésiteront pas à « s’autonomiser » des institutions démocratiques pour mener leur politique. Le vice-président Mourao ayant déjà mentionné la possibilité d’un « auto-coup d’Etat » : la destruction depuis l’intérieur de l’Etat desdites institutions pour leur substituer un régime purement autoritaire.




Mots-clés

Présidentielle 2018 au Brésil   /    Racisme   /    Violences faites aux femmes   /    Crise au Brésil   /    Brésil   /    Extrême-droite   /    Monde