^

Notre classe

Communiqué de presse relatif au conflit à l’Holiday Inn de Clichy

Maire de Clichy, Police municipale, Police nationale à la botte d’Intercontinental !

Nous relayons le communiqué de presse des syndicats CGT-HPE et CNT-SO relatif au conflit à l'Holiday Inn de Clichy, dont les salariés de l'entreprise sous-traitance de propreté HEMERA sont en grève reconductible depuis 75 jours.

Crédits photo : Révolution Permanente

Maire de Clichy, Police municipale, Police nationale à la botte d’INTERCONTINENTAL !

Le Maire de CLICHY vient de prendre un arrêté interdisant aux grévistes de manifester devant l’hôtel !

Sur la base de cet arrêté les cow-boy de la BAC profitant de notre action à TOULOUSE ont confisqué hier la sono de la CGT-HPE aux grévistes qui refusaient de donner leur identité et ont menacé de les embarquer !

Aujourd’hui la police nationale est revenue menacer les grévistes qui tiennent bon sur le piquet.

Echanges assez violents avec le commissariat de CLICHY qui refuse de passer notre appel à un responsable en l’absence de la Commissaire et prétend ne pas avoir d’effectifs à part ceux envoyés pour casser une grève pacifique.

Sur place il a été dit à la police nationale qu’elle ne peut à la fois demander aux grévistes de quitter le devant de l’hôtel sur la base d’un arrêté manifestement illégal qui va être contesté ce jour en référé d’heure à heure par l’avocat de nos deux OS, et ne pas intervenir auprès de la direction d’INTERCONTINENTAL pour lui demander de laisser entrer les grévistes dans le hall
pour qu’ils exercent leur droit constitutionnel de grève (il est rappelé que l’on peut occuper une entreprise sans entraver la libre circulation et que seul un tribunal ou le préfet en cas de trouble à l’ordre public peut ordonner une évacuation : http://chronique-ouvriere.fr/spip.php?article954)

Voilà comment on traite le droit de grève en Macronie !

Depuis 75 jours, les salariés de l’entreprise sous-traitante de propreté HEMERA sont en grève reconductible sur leur lieu de travail, l’hôtel HOLIDAY INN à Clichy.

Ils ne lâcheront rien car ils ont conscience que lâcher signifie le retour à l’esclavage moderne qu’ils subissent dans la sous-traitance hôtelière.

Nos syndicats dénoncent le comportement irresponsable du maire « Républicain » de CLICHY plus intéressé à mettre le feu à CLICHY avec ses manifestations anti prières de rue et ses arrêtés illégaux qu’à intervenir en tant que 1er magistrat de CLICHY pour faire notamment interdire le travail dissimulé avec le paiement à la chambre, le marchandage avec un statut social au rabais pour les salariés de la sous-traitance

Nos syndicats dénoncent avec force le silence de la Ministre du Travail dans ce conflit.
Plutôt que de passer son temps à casser le code du travail à coups d’ordonnances, de violer elle même la loi (http://www.leparisien.fr/politique/l-inspection-du-travail-epingle-business-france-au-temps-de-muriel-penicaud-19-12-2017-7462719.php) elle serait bien inspirée d’envoyer la DIRECCTE verbaliser l’hôtel HOLIDAY INN et la société sous-traitante pour, notamment, travail dissimulé avec le paiement à la chambre et non au temps de travail. Mais ça se passe comme ça en Macronie : les riches sont exonérés du respect du droit du travail quand les pauvres sont réprimés quand ils exercent pacifiquement leur droit de grève.

Nos deux syndicats appellent en conséquence la presse et tous les soutiens à se rendre dès réception de ce communiqué au piquet de grève de l’holiday inn CLICHY à informer et soutenir nos camarades, sans violence, pour ne pas tomber dans le piège tendu par le Maire, expert en provocations, mais avec détermination pour faire respecter le droit constitutionnel de grève, car oui nous le disons, avec de telles pratiques la « RÉPUBLIQUE » est en danger !

Nous appelons également à une manifestation ce mercredi 3 janvier à 18h devant l’holiday inn CLICHY qui se rendra devant le commissariat pour exiger la restitution de notre sono, la police refusant d’enregistrer notre plainte, et ensuite en mairie pour protester contre cet arrêté illégal

Les syndicats CGT-HPE et CNT-SO




Mots-clés

Répression   /    Notre classe