Politique

Action et manif contre la loi travail

Une manifestation plutôt réussie, mais neuf interpellations à Montpellier

Publié le 17 mai 2016

Paul Rolland et Dom Thomas

Journée de mobilisation chargée à Montpellier ce mardi 17 mai. Pour réclamer le retrait de la loi travail et l’abolition de son monde, c’est d’abord une action « péage gratuit » qui a été menée à 9h, avant qu’ait lieu la manifestation intersyndicale prévue pour 10h30. Le défilé, plutôt réussi, s’est déroulé dans une ambiance tranquille mais déterminée. L’action a par contre donné lieu à neuf interpellations du fait du zèle policier devenu habituel en ce printemps 2016.

L’action « péage gratuit », destinée à communiquer sur les conséquences de la loi travail et à alimenter la caisse de solidarité particulièrement utile en cette période de grèves et de répression, a malheureusement dû se confronter à une forte présence policière.

Neuf interpellations ont eu lieu à la fin de l’action. Les personnes interpellées ont été emmenées à Poussan, à une trentaine de kilomètres de Montpelllier, et leurs véhicules ont été immobilisés : impossible de rentrer chez eux à leur sortie du commissariat.

Les gendarmes ont multiplié les provocations verbales et les menaces au moment de l’interpellation et lors des auditions : les manifestants se sont entendu dire que s’ils voulaient lutter, autant aller en Syrie, « où se déroule un vrai combat pour ceux qui ont vraiment des couilles ». Ils se sont fait traiter de « connasse d’idéaliste », de « petite bite », les gendarmes ajoutant « vous n’avez rien a déclarer ? ben non puisque vous êtes tous des gros cons ».

Les camarades s’en sortent avec un dossier, une prise d’empreinte et des amendes, ainsi que l’immobilisation de leurs véhicules. A l’heure où les syndicats de policiers, CGT Police incluse, ont prévu de manifester contre la soi-disant « haine anti-flics », il est urgent de montrer que la violence est bien de leur côté.

Un peu plus tard dans la matinée, ce sont 2500 personnes qui ont défilé dans les rues de Montpellier pour la manifestation intersyndicale, marquée par une forte présence de la CGT, de FO et de Solidaires. Les salariés se sont donc mobilisés en nombre en ce début de semaine, huit jours après l’annonce du passage en force de la loi par le biais du 49-3.

CRS et policiers étaient eux aussi nombreux, protégeant tout particulièrement les points stratégiques : la gare et le centre commercial du Polygone. La manifestation aurait cependant pu prendre encore plus d’ampleur si les lycéens, les étudiants et les participants au mouvement Nuit Debout étaient venus plus nombreux.

Pour le prochain rendez-vous qui aura lieu jeudi à 10h30 place de Zeus, il faut absolument que la convergence soit visible : c’est unis dans la rue que nous imposerons le rapport de forces qui nous permettra d’obtenir, a minima, le retrait de cette loi inique.