^

Monde

Élections brésiliennes

Des patrons représentant 32% du PIB industriel brésilien soutiennent Bolsonaro

Présent à une réunion avec Jair Bolsonaro ce 22 octobre, José Augusto de Castro, président de l'Association du commerce extérieur du Brésil (AEB) a affirmé que de larges secteurs de l'industrie soutenaient le candidat d'extrême droite. La raison ? Le plan de bataille ultra-libéral annoncé par Bolsonaro contre les travailleurs.

Article initialement paru sur le quotidien brésilien La Esquerda Diaro

Ce lundi 22 octobre, de grands patrons, représentant 6 secteurs industriels brésiliens, ont apporté leur soutien à Jair Bolsonaro, lors d’une réunion organisée par le candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle brésilienne. José Augusto de Castro, président de l’AEB, a ainsi indiqué que la ligne ultra-libérale de Bolsonaro avait séduit ce secteur du patronat, représentant pas moins de 32% du produit intérieur brut (PIB) industriel brésilien.

Selon Castro, qui tente d’entretenir un semblant « d’impartialité » à l’approche du second tour, l’idée serait avant tout de garantir le résultat et de commencer, pour ces secteurs industriels, à avancer dans le débat avec Bolsonaro.

« L’industrie disparaît petit à petit » a ainsi déclaré Castro. « Nous devons éviter de nous prononcer politiquement, mais le programme de Bolsonaro se rapproche de celui des entrepreneurs » a-t-il ajouté, laissant ainsi peu de place au doute quant à son candidat favori.

A l’occasion de cette rencontre, organisée dans la résidence de Bolsonaro à Rio de Janeiro, le candidat d’extrême droite s’est vu remettre un « manifeste » signé par ces représentant patronaux. Dans ce document, ces derniers affirment avoir la « conviction » que Bolsonaro arrivera à remettre le Brésil sur les rails de la croissance économique. En cas de victoire du candidat d’extrême droite, il est ainsi demandé à ce qu’une réunion soit organisée avec Paulo Guedes, le conseiller économique ultra-libéral de Bolsonaro, afin de travailler plus en détail les grandes lignes du programme du candidat.

Voila qui ne laisse guère de doute sur les intentions d’une large frange du patronat brésilien, séduite par le programme économique du candidat d’extrême droite. La bras droit de Bolsonaro, le général Mourão, a par ailleurs déclaré vouloir en finir avec le 13ème mois, entre autres. Avec la mise en place d’un véritable gouvernement de combat pour saper les droits des classes populaires et des travailleurs, Bolsonaro démontre qu’il n’a rien d’un candidat « anti-système ». Bien au contraire, c’est accompagné de cette frange du patronat qu’il entend poursuivre les réformes néo-libérales, et à les mener à un niveau bien supérieur à celle du gouvernement putchiste de Michel Temer.

Face à Bolsonaro, son programme libéral, raciste, mysogine et LGBTophobe, la riposte ne doit pas se limiter aux urnes. C’est ainsi qu’il est indispensable d’œuvrer à la construction de comités de bases, dans les usines et les lieux d’études, pour préparer la bataille dans la rue.

Traduction : Julian Vadis




Mots-clés

Présidentielle 2018 au Brésil   /    Crise au Brésil   /    Brésil   /    Monde