^

Jeunesse

Gilets Jaunes et réformes de l’éducation

Gilets Jaunes. Les lycéens ont ouvert la voie…Tolbiac rejoint le mouvement !

Alors que l’exécutif voit le nombre de fronts se multiplier et la colère se répandre dans tous les secteurs de la société, à la pointe desquels cette semaine les lycéens se sont retrouvés, c’est Tolbiac, emblème du mouvement étudiant du printemps dernier, qui rejoint le combat. Tandis que des centaines de milliers de travailleurs, de chômeurs et de retraités se battent bec et ongles depuis maintenant trois semaines contre la vie chère, Macron et son monde, l’exécutif a annoncé que les frais d’inscriptions pour les étudiants étrangers allaient augmenter. La résistance s’organise.

Les frais d’inscription concernent tout le monde

La sélection, que la réforme ORE ratifiée l’année dernière n’a fait qu’amplifier, a pour but de réduire les effectifs de l’université pour en faire des universités d’élites. Cette sélection est une remise en cause du droit à l’enseignement supérieur doublée d’une injustice sociale criante, puisqu’elle touche en premier lieu et arbitrairement les bacheliers issus des classes populaires. Mais réduire les places à l’université ne suffisait pas. Macron entend maintenant faire baisser la demande en préparant le terrain pour une hausse toujours plus prohibitive des droits d’inscription. Ce sont les étrangers dits « extra-communautaires » (hors UE) qui sont les premières victimes de cette offensive historique contre l’université publique, expression toujours plus criante du racisme d’Etat. Mais que l’on ne s’y trompe pas, c’est bien tous les étudiants qui seront à terme concernés par ces hausses, soit toutes les familles du pays qui devront alors emprunter de l’argent aux banques pour financer les études de leurs enfants. Dans un contexte où une partie grandissante de la population n’arrive plus à joindre les deux bouts et que la misère se répand, comment ne pas voir ces mesures comme une attaque de plus qui touchera les plus pauvres, et même au-delà. Les étudiants de Tolbiac, révoltés par ces mesures et galvanisés par la mobilisation historique des gilets jaunes, ont voté à l’écrasante majorité (sur 1000 présents à l’AG), la reconduite de la grève jusqu’à vendredi et la participation aux manifestations des GJ samedi.

Quelle est la marche à suivre ?

La grève de Tolbiac a valeur d’appel. Tous les étudiants doivent rejoindre sans tarder la lutte des gilets jaunes et des lycéens contre la vie chère et la précarité qui n’épargnent par les étudiants, fortement touchés par le chômage et la précarité matérielle. Les revendications votées par l’AG sont les suivantes :

✔️ Gratuité de l’enseignement supérieur pour tous et toutes
✔️ Fin de la sélection à l’université
✔️ Démission de Macron
✔️ Que les doctorants vacataires de Paris 1 soient payés en temps et en heure

Tous les étudiants doivent sans attendre et sans réserve rejoindre les gilets jaunes en manifestation samedi 8 décembre partout en France afin de faire entendre leur revendication. Ni sélection ni hausse des frais d’inscription !




Mots-clés

Tolbiac   /    mouvement étudiant   /    Emmanuel Macron   /    Jeunesse