^

Monde

L’extrême-droite au pouvoir

Israël : l’adoption de la loi fondamentale vient consacrer la nature raciste de l’Etat

Portée par le député Avi Dichter du Likoud, parti nationaliste membre de la coalition gouvernementale, la Loi Fondamentale adoptée par 62 voix contre 55 à la Knesset, l’assemblée nationale israélienne, vient inscrire dans la législation la stigmatisation et le mépris des populations arabes.

Depuis 2016, et la nomination d’Avigdor Lieberman à la tête du ministère de la défense, le gouvernement de Benyamin Netanyahou, du Likoud, s’ancre à l’extrême-droite. Le passage, dans la nuit du 19 juillet, de la loi Fondamentale à la Knesset, vient simplement valider et inscrire dans la loi une politique toujours plus agressive d’Israël vis à vis des populations et des territoires arabes, incarné par un processus de colonisation accélérée, en dépit des avertissements et dénonciations internationales, mené ces dernières années. La dernière preuve en date étant le bombardement et le renforcement de l’embargo cette semaine sur Gaza, y compris sur les biens de première nécessité pour contrer quelques cerfs-volants enflammés. Une démesure de violence. Toujours. Comme l’histoire de l’Etat colon d’Israël en est peuplée.

Par cette nouvelle loi, les députés viennent valider le transfert de la capitale d’Israël de Tel Aviv à Jérusalem, une politique encouragée par Donald Trump qui avait fait de même pour son ambassade à la fin de l’année 2017. Elle vient aussi graver dans le marbre le régime de discrimination dont souffre les 20% de population arabe que compte le pays, en accordant à l’arabe non plus le rang de langue nationale, au même titre que l’hébreu, mais celui de « statut spécial ». En outre, elle consacre la nature d’Israël comme « Etat-Nation du peuple juif », faisant de tous les autres citoyens disposant d’une autre confession des citoyens de seconde zone. Il ne s’agit plus de donner des gages de modération factice, en interne comme en externe. Le gouvernement d’extrême-droite de Netanyahou abat le masque sur la véritable nature d’Israël.

En d’autres mots, la Loi Fondamentale vient consacrer la « suprématie du peuple juif » sur les populations arabes, israéliennes, et inscrire l’inégalité de statut dans la loi. A quand le port obligatoire d’un croissant vert ? aurait-on envie d’ironiser tellement l’histoire, dans cette affaire, qu’elle vient se télescoper. La réception, bras ouvert, de l’antisémite notoire et président ultranationaliste Victor Orban en Israël, aura cependant montré à quel point, lorsqu’il s’agit de realpolitik, la mémoire peut être courte et la catastrophe de la Shoah instrumentalisée.




Mots-clés

Benyamin Netanyahou   /    Israël   /    Racisme   /    Proche et Moyen-Orient   /    Palestine   /    Monde