^

Notre classe

Qui sont les vrais privilégiés ?

"Je gagne 10 fois votre salaire et je vous emmerde". Quand Hondelatte s’en prend à un cheminot

Pour le journaliste d'Europe 1 Christophe Hondelatte, gagner 10 fois plus d'argent qu'un cheminot, c'est se croire tout permis...

Température très chaude dans un TGV Paris-Bayonne entre Christophe Hondelatte et un contrôleur de la SNCF. Le journaliste, très agacé de voyager debout, et l’agent SNCF ont eu une altercation remarquée : cette mini-tempête médiatique a même posé ses valises sur Twitter pour l’été.

Le 1er août, Hondelatte raconte sur Twitter :

Le tweet a fait l’effet d’une bombe sur Twitter et beaucoup d’internautes ont répondu, dont des cheminots et le contrôleur en question sur un post Facebook...

"Je n’ai jamais tenu ces propos. J’ai simplement essayé de lui expliquer la situation. Changement de composition à Hendaye. Plus assez de places entre Dax et Bordeaux, de plus bar fermé sur tout le parcours... Un vrai bonheur. Quant à Monsieur Hondelatte, il a été très condescendant et très antipathique. Il m’a demandé mon matricule. Je lui ai donné mais a voulu que je lui présente une pièce officielle avec mon matricule. Je lui ai dit qu’il ne l’aurait que verbalement, il s’est donc permis de me photographier. Il s’est également vanté de gagner dix fois mon salaire et de sous-entendre que je devais faire profil bas. C’est vraiment un homme charmant". Christophe Hondelatte en colère se permet donc de photographier l’agent en question, dit à ce dernier de ne pas faire de vagues et se vante de gagner 10 fois son salaire. Un vrai passe-droit qui permet de faire scandale dans un train, avec un certain mépris de classe ! Le masque tombe encore plus lorsque l’on apprend que l’origine de l’accrochage serait le fait qu’une personne âgée était assise à la place du journaliste...

Selon plusieurs témoignages et sources, le journaliste aurait refusé de céder sa place à la personne âgée et cette dernière a terminé le trajet assise par terre.

Christophe Hondelatte s’est rapidement justifié sur Twitter, en démentant les faits : "Bien sûr, nous avons laissé la place à la dame qui n’était pas vieille ! Et voyagé debout ! D’où la demande de remboursement au contrôleur", avant de s’en prendre de nouveau au contrôleur et ses détracteurs.

Pour mesurer l’importance de cette mini-affaire, plusieurs paramètres sont à prendre en compte.
Pour commencer, Christophe Hondelatte transpire le mépris de classe et s’est permis de critiquer un agent qui n’y est pas pour grand-chose dans les conditions de son voyage. On se demande par ailleurs qui sont les privilégiés dans l’histoire.
Plus encore, cette altercation aurait pu avoir des répercussions sur l’agent en question, avec en ce moment une SNCF qui réprime par une pluie d’entretiens disciplinaire. Quoi qu’il en soit, signe que la bataille de l’opinion sur les « cheminots privilégiés » ne l’a pas emporté, l’agent a reçu beaucoup de soutien, preuve qu’aujourd’hui les véritables privilégiés sont de plus en plus identifiés…

Crédits photos : Jean-Christophe MARMARA




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Notre classe