^

Monde

Argentine

Ken Loach adresse son soutien aux ouvriers de PepsiCo

Le célèbre réalisateur anglais Ken Loach a exprimé sur Twitter son soutien à la lutte des travailleurs de PepsiCo à Buenos Aires pour le maintien de leurs emplois et la réouverture de l’usine.

Le célèbre réalisateur anglais Ken Loach, a exprimé sur Twitter son soutien à la lutte des travailleurs de PepsiCo à Buenos Aires pour le maintien de leurs emplois et la réouverture de l’usine. Il a également retwitté la pétition de solidarité diffusée par les travailleurs. La filmographie de Ken Loach s’étale sur plus de cinq décennies maintenant, depuis la sortie des Wednesday Plays dans les années 1960. Parmi ses films les plus acclamés figurent Cathy Come Home (1966), film dramatique sur la vie des sans-abris, Poor Cow (1967), le portrait d’une jeune mère de classe ouvrière obligée de se prostituer ; Kes (1969), l’histoire d’un garçon élevé dans un milieu pauvre et aliénant, élevant des faucons crécelles ; Hidden Agenda (1990), un thriller situé à Belfast centré sur la politique délibérément meurtrière de l’armée anglaise vis-à-vis de l’IRA ; et Land and Freedom (1995), le récit d’un jeune homme de Liverpool qui rejoint les Brigades Internationale pendant la Guerre civile espagnole pour se battre contre les Franquistes. Ken Loach est le chroniqueur social anglais le plus critique, un socialiste engagé qui donne la parole aux plus marginalisés de notre société.

Le dernier film de Loach, Moi, Daniel Blake (2016), qui a gagné la Palme d’Or au Festival de Cannes en 2016 est un témoignage de la puissance du cinéma. Il suit la vie d’un charpentier de 59 ans, qui, alors qu’il vient de subir une crise cardiaque est déclaré apte à travailler par les autorités. Blake est alors pris dans une suite kafkaïenne de tentatives sans succès pour obtenir le paiement de ses aides sociales.

Moi, Daniel Blake est le portrait réaliste de ce qu’est la vie dans la classe ouvrière à notre époque. Devant affronter le cauchemar bureaucratique du système d’attribution des aides sociales, Blake dit « Je suis un homme, pas un chien. En tant que tel j’exige que mes droits soient reconnus. J’exige d’être traité avec respect ». Ces mots pourraient être ceux des ouvriers de PepsiCo. Eux aussi demandent à être traité avec respect, que leurs droits soient reconnus et non d’être traités comme des robots ou des animaux.

Les travailleurs de PepsiCo, qui sont principalement des femmes, sont les Daniel Blake du monde réel. Ils ont remercié Ken Loach sur Twitter pour son soutien.

Crédits photos : The-latest.com




Mots-clés

Pepsico   /    Argentine   /    Monde