^

Notre classe

Loi travail XXL

La CGT appelle à la grève le 12 septembre

Enfin ! La CGT a officiellement appelé à une journée de mobilisation contre le projet loi travail XXL, le 12 septembre prochain. Une échéance à préparer, ce qui passe par l’arrêt immédiat des négociations avec le gouvernement.

Rompre les négociations. Une priorité absolue et un besoin immédiat !

Bien sûr, le 12 septembre paraît bien loin pour l’ensemble des travailleurs, étudiants, précaires qui sont déjà sur le pied de guerre contre les ordonnances Macron. Pourtant, il est indéniable que le positionnement de la CGT, qui appelle dans les faits à une rentrée sociale « explosive », est une bonne nouvelle. En effet, les tergiversations suivant l’élection d’Emmanuel Macron, les quelques déclarations des leaders syndicaux laissaient présager bien pire scénario. Après la mise noir sur blanc du plan de guerre de Macron contre le monde du travail, cette déclaration de la CGT, sans doute encouragée par la pression de certaines de ses sections ou par les phénomènes tels que le Front Social, marque en ce sens une avancée. Néanmoins, tout reste encore à faire.

Le pré-requis indispensable pour préparer au mieux cette échéance désormais centrale à la rentrée consiste à rompre, sans attendre septembre et sans ambiguïté, toute négociation avec le gouvernement. En effet, comment ne serait-ce que songer à une journée de grève réussie le 12 septembre si la CGT reste dans une position de pseudo concertation en forme de caution du gouvernement ? Comment convaincre les travailleurs de prendre la rue si, dans le même temps, Martinez est reçu à Matignon pour, d’ores et déjà, négocier des bouts de ficelles ? Quels que soit les efforts sur le terrain, la rupture des négociations est une condition sine qua non pour que les velléités combatives affichées aujourd’hui ne restent pas au stade des belles paroles. De plus, une telle prise de position doit pouvoir réellement faire pression sur les autres centrales syndicales, à commencer par Force Ouvrière, aujourd’hui bien engagée sur le terrain des négociations et dont la position pourrait être revue par une pression à la base, dans le cas d’un 12 septembre sérieusement préparé.

Construire la mobilisation dans les boites

Bien sûr, l’autre grande limite de cet appel est qu’il se cantonne à la seule journée du 12 septembre. On le sait, il faudra bien plus pour faire plier le gouvernement, en témoigne l’expérience de la mobilisation contre la loi travail. Mais pour imposer notre calendrier de combat, il s’agira de construire la mobilisation dans les boites, en s’appuyant sur les secteurs déjà en mouvement (GM&S, Campanile etc.), les « explosifs » (raffineries, Dockers du Havre) comme des points d’appui pour élargir au maximum le champ d’action. 

Pour ce faire, il est indispensable de fournir les cadres de luttes appropriés à chaque situation, en plus d’un travail d’information massif en direction des ouvriers. L’organisation d’assemblées générales dans les boites est l’un de ses outils, permettant à chaque travailleur de s’engager pleinement dans l’action, et ainsi de poser les bases d’un affrontement sur le moyen-long terme, bien plus massif que l’épisode du printemps 2016.

Elaborer un programme d’action qui intègre l’ensemble des revendications émergentes

Les quartiers populaires et secteurs de travailleurs les plus exploités ont été les grands absents de la mobilisation du printemps 2016. Et pour cause, que ce soit en termes de violence policière tout comme en termes de condition de travail, il ne s’agissait de rien d’autre que du pain quotidien pour ces secteurs de la population.

C’est ainsi que, fort de ce bilan, un potentiel mouvement social impulsé à la rentrée prochaine doit intégrer méticuleusement les revendications de ces secteurs, dans un esprit de convergence, pour jeter toute les forces disponibles dans la bataille. C’est à ce prix, et en repoussant comme la peste les journées « saute mouton », que le rapport de force pourra faire vaciller le gouvernement, et frayer le chemin de la victoire aux travailleurs, à la jeunesse, aux précaires et aux quartiers populaires. L’appel de la CGT pour le 12 septembre prochain est un premier pas important. Néanmoins, tout reste à faire. Et il ne fait nul doute que les ingrédients sont disponibles pour faire de la rentrée 2017 une rentrée sociale explosive.

Crédits photo : Bertrand Langlois/ AFP




Mots-clés

Loi travail 2   /    Grève   /    CGT   /    Notre classe