^

Monde

États-Unis

La Californie légalise le cannabis récréatif

Depuis le début de cette année 2018, la vente, la consommation et la culture du cannabis sont légales dans l’état le plus peuplé des États-Unis. La Californie s’ajoute donc à la liste, entamée en 2012 par le Colorado et Washington, et qui réunit déjà l’Alaska, l’Oregon, le Massachusetts, le Maine et le Nevada.

La Californie avait déjà légalisé la consommation du cannabis à des fins médicinales en 1996. Cela avait impliqué l’apparition d’un réseau de distributeurs, de sociétés dérivées et d’une plus grande acceptation sociale de la consommation du cannabis. Vingt ans plus tard, l’État adoptait par référendum une mesure visant à légaliser la vente du cannabis à des fins récréatives, entrée en vigueur ce 1er janvier.

Avec la nouvelle législation, qui pourra pourtant varier parmi les comtés qui composent l’état de la Californie, le cannabis aura un statut semblable à celui de l’alcool. Seules les personnes âgées de plus de 21 ans pourront en consommer, il sera interdit de fumer en public et les dispensaires devront se trouver à plus de 200 mètres des établissements considérés comme sensibles : les écoles, les crèches ou les parcs.

Toutefois, l’importance politique, économique et culturelle de cette mesure n’est pas négligeable. Même si la Californie n’a pas été le premier territoire des États-Unis à l’adopter, cet État est au cœur des enjeux du processus de légalisation, qui pourrait s’élargir pour accompagner et favoriser la consolidation d’un marché du cannabis chaque fois plus vaste.

Ainsi, la Californie n’est pas seulement la plus grande économie de tous les états du pays, mais une des plus puissantes économies du monde. La trésorerie américaine a estimé pour 2020 un profit de 7200 millions de dollars grâce à la vente légale du cannabis en la Californie ainsi que 1000 millions de dollars d’impôts. En outre, la légalisation du cannabis en Californie parait indiquer le début d’une nouvelle tendance, marquant l’effondrement du rôle de rempart qu’a joué historiquement cet État, en soutenant la campagne contre la drogue entamée en 1971 par Richard Nixon et continuée et durcie après par Ronald Reagan.

Face à ce nouveau marché qui s’ouvre, même si pour l’instant il y a eu seulement environ 90 sociétés qui ont obtenu un permis délivré par l’État, les grands investisseurs sont déjà en train d’acheter les terres de Salinas et d’autres zones de cultures en vue de la production de masse.

Pourtant le cannabis continue à être illégal selon la loi fédérale et le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions, en comparant le cannabis avec l’héroïne, a déjà menacé de prendre les mesures nécessaires. C’est pourquoi les banques évitent pour l’instant les affaires liées à la marihuana. Un obstacle qui va bloquer temporairement l’industrie massive du cannabis et l’expansion de son marché.




Mots-clés

Etats-Unis   /    Monde