^

Politique

Une prime pour les jaunes !

La SNCF payera les cadres remplaçant les grévistes en heures sup

Décidément, la direction de la SNCF ne reculera devant rien pour briser la grève. France Info a révélé ce vendredi que la SNCF va payer en heures supplémentaires les cadres qui ont renseigné les usagers lors des journées de grève... Une sorte de prime pour récompenser les briseurs de grève !

Crédits photo : Bertrand Guay / AFP

La SNCF a décidé d’offrir une généreuse prime à ses cadres qui ont porté les fameux gilets rouges « SNCF assistance » lors des journées de grève pour renseigner les usagers. Une prime qui pourra prendre deux formes : soit ces heures seront payées en heures supplémentaires, donc avec une valorisation, soit ils pourront les récupérer en temps de repos.

Une décision qui sera coûteuse pour l’entreprise, surtout lorsque l’on sait que le principal argument de la réforme ferroviaire est de faire des économies. On sait où la direction de la SNCF va prendre cet argent, directement dans le portefeuille des grévistes.
En effet, la SNCF refuse de payer les jours de repos des cheminots grévistes. En somme, on déshabille Pierre pour habiller Paul.

Comme le révèle également France Info ce vendredi, des retenues supplémentaires sur salaires seront faites sur les salaires du mois de mai. Contrairement à la propagande de la SNCF, le tribunal de grande instance de Bobigny n’a pas débouté les syndicalistes sur la retenue supplémentaire sur salaire. Les syndicalistes contestent la mesure de la direction car la retenue sur salaire ne peut se faire qu’au bout de trois jours consécutifs de grève, or les cheminots font une grève perlée (2 jours de grève tous les 5 jours). Le tribunal de Bobigny a seulement débouté les syndicats sur le caractère d’urgence de la demande en référé.

La direction, pour renseigner les voyageurs et les aider dans leurs démarches, déploie à chaque journée de grève plus de 1 500 cadres non grévistes sur le terrain. Des cadres qui font le choix de prendre des responsabilités dépassant leur fonction et qui font le jeu de la direction dans le conflit opposant les cheminots et certains cadres contre la direction de la SNCF et le gouvernement.

Une récompense pour service rendu au patronat, voilà ce qu’est une telle prime. Une prime honteuse lorsque l’on sait l’impact d’une grève sur le salaire des cheminots en lutte et qui ont une vie de famille à assumer derrière. Alors que certains cheminots sont prêts à manger des patates pendant plusieurs mois, certains cadres en profitent pour se faire un petit bonus pour mettre du beurre dans les épinards.




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Politique