^

Notre classe

Justice pour Adama

La famille d’Adama Traoré porte plainte contre la légiste qui a fait la première expertise

Depuis la mort d’Adama le 19 juillet 2016, la famille Traoré fait face à la répression. Entre mensonge des expertises et acharnement judiciaire, elle a décidé de porter plainte devant l'Ordre des médecins contre la légiste qui a fait la première expertise, détectant une maladie cardiaque chez Adama alors que celui-ci était en pleine santé.

Crédit photo : AFP

Une semaine après la mort d’Adama à la gendarmerie de Persan (Val-d’Oise) le 19 juillet 2016, la légiste responsable de la première expertise, Caroline Rambaud, concluait que la mort d’Adama, était due à une cardiomyopathie hypertrophique, une maladie génétique du cœur, dédouanant ainsi les gendarmes. Cette expertise est le premier mensonge parmi d’autres mensonges d’État visant à disculper les gendarmes responsables de la mort d’Adama. En effet, deux ans plus tard, la conclusion de Caroline Rambaud était démentie dans un rapport d’expertise élaboré par quatre médecins dont un cardiologue. Ce rapport atteste que le cœur d’Adama était en bonne santé. 

C’est sur la base de ce nouveau rapport que l’avocat de la famille Traoré, Maitre Yassine Bouzrou, a porté plainte ce lundi 26 novembre contre la légiste Caroline Rambaud devant le conseil départemental des médecins des Hauts de Seine. L’avocat l’accuse d’avoir « commis des manquements déontologiques qui ont entravé la manifestation de la vérité » sur la mort d’Adama. Comme le soulève Maitre Bouzrou : « Il est permis de penser que ce compte rendu intermédiaire (la première expertise) avait été sollicité par le procureur de la République de Pontoise pour pouvoir affirmer, dès juillet 2016, qu’Adama Traoré était mort du fait d’une maladie et ainsi pouvoir écarter toute responsabilité des gendarmes interpelleurs ». 

Face à cela, Caroline Rambaud s’est défendu en niant que le rapport ait été commandé par le procureur. Selon la légiste son travail s’est déroulé « en totale indépendance et en totale bonne foi ». Cependant, pour la famille et pour leur avocat cela est difficile à croire, d’autant plus que Caroline Rambaud a été impliquée dans une affaire similaire en 2009. En effet, suite à la mort d’un retraité, Ali Ziri, après un contrôle policier à Argenteuil, la légiste avait été requise par le procureur de Pontoise. Dans l’expertise, Rambaud concluait comme causes de la mort la même affection que pour Adama, cardiomyopathie hypertrophique, et lui ajoutait l’alcoolisme. Cependant ces deux constats ont été plus tard contredits par d’autres médecins après l’examen du cœur et du foie du retraité.

Après la démarche de Maitre Bouzrou et de la famille Traoré, Caroline Rambaud pourrait être sanctionnée par une chambre disciplinaire avec des sanctions allant du simple avertissement à l’interdiction d’exercer.

Cette démarche vise à prouver par une sanction la collusion entre la légiste et la justice qui ont dès le départ tenté d’étouffer l’affaire, que ça soit par des calomnies sur Adama ou par les mensonges de la première expertise. Une condamnation serait une victoire pour la famille Traoré, d’autant plus que pour la première fois depuis le début de l’affaire, les gendarmes sont entendus par la juge.




Mots-clés

Adama Traoré   /    #JusticeDeClasse   /    Répression   /    Notre classe