^

Politique

Du pognon en veux-tu en voilà

La ministre des armées a touché un parachute doré de 675 000 euros en quittant AirFrance en 2014 !

Il y a un mois, on apprenait que l’actuelle Ministre des armées, Florence Parly, avait touché pas moins de 315 000€ pour son ancien poste, en tant que directrice générale de SNCF-Voyageurs, pour les 6 premiers mois de l’année 2017 ! Loin d’être une situation exceptionnelle, on a la confirmation aujourd’hui que l’actuelle ministre se fait grassement payer de longue date car, avant la SNCF, Florence Parly est passé par Air France, où elle a touché... un max de pognon ! Crédit : ERIC PIERMONT

Non seulement Florence Parly avait tardé, après sa nomination ministérielle, à faire sa déclaration d’intérêts à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), mais elle avait, en plus, oublié de déclarer ses revenus entre 2012 et 2015. Il est vrai qu’avec des sommes aussi exorbitantes, elle n’avait peut-être pas intérêt à tout dévoiler d’un seul bloc. Mieux valait faire passer la pilule en plusieurs fois…

On a donc appris ce mercredi 1er novembre, en consultant le site de la Haute Autorité pour la Transparence de la vie publique, qu’entre 2011 et 2012, en tant que Directrice générale adjointe d’ Air France Cargo, elle a gagné 550.000€ net, puis de 2013 à 2014, en tant que Directrice générale adjointe d’Orly & escales France, 950.000€ net. Cela représente un total de 1.500.000€ net sur 4 ans, soit 375.000 € net par an. A titre de comparaison, un salarié payé au SMIC gagne lui 13.200€ net par an, soit 28 fois moins.

Pour sa dernière année chez Air France, avant de prendre le poste de Directrice générale déléguée à la SNCF, Florence Parly a en réalité perçu un salaire fixe de 251.745 € net, auquel il faut ajouter des indemnités perçues, c’est à dire un parachute doré, lors de son départ, d’un montant de 675.800€ brut, soit 406.231 € net ! Ces indemnités de départ ont d’ailleurs été versées en 2014, au moment même où Air France se trouvait dans une situation financière très difficile, ayant accumulé 129 millions d’euros de pertes. Deux plans de départs volontaires avaient été mis en place, débouchant sur la suppression de 5.122 postes en 2012 et 2.800 postes en 2013 : une situation terrible pour les salariés d’Air France. 

Pendant que ceux-ci perdaient leur boulot au prétexte d’une situation financière difficile, les autres se gavaient et se voyaient verser des indemnités indécentes sur leur compte en banque. Pour une ancienne socialiste et Secrétaire d’Etat au Budget sous le gouvernement de Lionel Jospin entre 2000 et 2002, le moins que l’on puisse dire, c’est que Florence Parly n’a aucun scrupule. Aux oubliettes les idéaux, le fric passe avant tout ! 

L’avantage avec cette obligation qu’ont les représentants publics à déclarer leurs intérêts en ligne, c’est qu’on se rend bien compte à quel monde ils appartiennent, et que ce monde-là n’est pas le nôtre. Emmanuel Macron et Edouard Philippe se sont entourés de ministres et députés riches, dans le but de mener une politique pour leurs amis riches, et au détriment de toutes celles et de tous ceux qui n’arrivent déjà pas à boucler les fins de mois. Encore une preuve donc, s’il en fallait une.




Mots-clés

LREM   /    corruption   /    SNCF   /    Air France   /    Politique