^

Notre classe

Après Paris Nord et Saint Lazare

Les cheminots d’Austerlitz durcissent le mouvement et votent la grève reconductible !

Après Paris Nord et Saint Lazare, les cheminots de la gare d'Austerlitz à Paris ont à leur tour décidé, lors de l'Assemblée Générale de ce 19 avril, de durcir le mouvement, et de partir en grève reconductible.

Ce jeudi 19 avril, les cheminots de la gare d’Austerlitz à Paris se sont réunis en assemblée générale, avant de converger pour la grande manifestation du jour. C’est ainsi qu’environ 80 cheminots ont pris part au débat, portant entre autre sur les modalités d’action et de grève. Après un vote serré, c’est bien la modalité de la reconductible par période de 24h qui a été adopté, par 34 voix contre 33 voix pour continuer sur la modalité du 2 jours sur 5. 2 cheminots se sont également abstenus tandis que personne n’a voté pour l’arrêt du mouvement.

Demain on reprend le boulot, vendre des billets, réparer et conduire des trains, remettre en place la production, engraisser les patrons. Est ce qu’aujourd’hui on est à la hauteur ? Même si notre grève est très suivie, la mobilisation ne faiblit pas mais ça ne sera pas suffisant pour que le gouvernement retire sa réforme. La colère est train de prendre partout : dans le public, le privé, Air France, Carrefour. Le mardi c’est les cheminots, le mercredi c’est Air France ; il faut faire grève tous au même moment et tous les jours. Il faut créer les conditions d’une grève générale parce que c’est que comme ça qu’on gagnera : parce qu’on ne veut pas juste faire tomber la réforme ferroviaire, mais aussi ce gouvernement pour les riches, parce que c’est notre projet !

Damien, Mécano à Bretigny et syndiqué Sud Rail

La question du mépris affiché par Emmanuel Macron a également était au centre du débat, après le marathon médiatique de la semaine dernière du président des riches, affichant une détermination à aller jusqu’au bout et à éviter toute convergence des luttes. Le lien entre les travailleurs et les étudiants était ainsi au cœur des interventions, alors que des étudiants de Tolbiac ont apporté 1500€ pour la caisse de grève.

La stratégie du pourrissement de Macron ne marche pas, comme le montrent les sondages de plus en plus favorables ou le succès massif des caisses de grève. Nous ne sommes pas tous seuls : de nouveaux secteurs entrent dans la bataille, les étudiants bloquent leurs facs et sont dans une logique de convergence

Camille, cheminote syndiquée à la CGT

Loin de s’essouffler, la mobilisation est au contraire en train de s’amplifier. Ainsi, l’AG d’Austerlitz de ce 19 avril était plus massive que les précédentes. Une dynamique à construire et à amplifier, dans le cadre désormais d’un mouvement de grève dur et reconductible par période de 24h.

On est plus nombreux aujourd’hui. Les étudiants ont été traités d’agitateurs et c’est un compliment, il faut leur montrer que nous aussi on est des agitateurs. C’est une attaque globale contre tous les contrats de travail, je dirais même que c’est ceux qui ne sont pas au statut qui sont les plus en danger. Ils veulent niveler par le bas. Ce qu’on réclame c’est que tous les travailleurs du rail soient au statut. La guerre est déclarée !

Christophe contrôleur à Austerlitz

A la fin de l’AG, des cheminots de Trappes et de Versailles ainsi que des personnels hospitaliers ont rejoint les cheminots d’Austerlitz pour partir, toutes et tous ensemble, à la manifestation de Montparnasse. Un exemple de convergence effective à revendiquer, et qui pourrait donner des sueurs froides au gouvernement !




Mots-clés

Gare d’Austerlitz   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe