Jeunesse

Une alliance potentiellement explosive

[VIDEO] Les étudiants de Paris 8 se solidarisent avec la lutte des cheminots

Publié le 9 mars 2016

Correspondants

Lors de l’assemblée générale tenue la veille de la grande journée de mobilisation du 9 mars, les 700 étudiants et étudiantes, travailleurs de l’université et enseignants de Paris 8 n’ont pas seulement voté la grève et la revendication du retrait de la dite « loi Travail ». On a aussi voté pour qu’une délégation d’étudiants se rende à l’assemblée générale des cheminots de Gare du Nord qui allaient être en grève pour leurs conditions de travail mais aussi contre la loi El Khomri.

La délégation d’étudiants de Paris 8 s’est alors rendue à l’assemblée des cheminots de Gare du Nord où ils ont été très bien accueillis par les travailleurs. Au milieu des interventions qui faisaient état des attaques en cours contre leurs conditions de travail et acquis sociaux, les cheminots faisaient facilement référence à la Loi El Khomri. Et en ce sens plusieurs ont répété leur gratitude de constater la présence et le soutien des étudiants, indiquant même que c’est tous ensemble qu’il faut se battre pour faire reculer le gouvernement et le patronat. De là, cheminots de Gare du Nord et étudiants se sont dirigés vers la Gare de l’Est où se tenait une autre assemblée, où les étudiants ont aussi pu prendre la parole afin d’exprimer leur soutien.

En effet, il ne s’agit pas d’une « action symbolique ». C’est une alliance stratégique qu’il faut construire. Il est plus difficile de se battre contre les classes dominantes et leurs représentants politiques quand la jeunesse et les travailleurs se battent chacun de leur côté, isolés. C’est l’unité ouvrière-étudiante qui crée la force capable de défaire les attaques que les capitalistes mènent contre les classes populaires. C’est cela qu’avait démontré la lutte contre le CPE en 2006 ainsi que celle de 1995 contre le « Plan Juppé ». Et c’est la répétition d’un tel scénario qui fait peur aussi bien au gouvernement qu’au patronat.

C’est pour cela que depuis quelques jours des membres du PS, à commencer par la ministre Myriam El Khomri, et des dirigeants syndicalistes à la merci du patronat et du gouvernement comme Laurent Berger de la CFDT, essayent de « convaincre » les jeunes qu’il n’y aurait rien de « dangereux » pour eux dans ce projet de loi. C’est effectivement les prendre pour des minables…

Mais le soutient des étudiants envers les travailleurs joue une autre fonction déterminante pour le futur de la lutte de classes : il donne du moral et de la confiance aux travailleurs, ce qui est fondamental pour les luttes en cours et celles à venir. « Les cheminots sont le troisième corps de métier le plus détesté des français après les politiciens et les taxis », affirmait un cheminot lors de l’AG. En effet, cela traduit sans aucun doute l’état d’esprit de beaucoup de salariés en France, bien au-delà des seuls cheminots : ils ressentent le mépris de classe que les capitalistes font peser sur eux et vont jusqu’à l’accepter comme un fait. Et cela d’autant plus que les capitalistes répandent tous types de calomnies et de préjugés au sein de la population à l’égard des secteurs de la classe ouvrière qui ont le plus réussi, avec leurs luttes, à leur arracher des améliorations des conditions de travail et des acquis sociaux.

C’est pour cela que le soutien de la jeunesse scolarisée envers les salariés est également important. En ce sens, une étudiante expliquait lors de sa prise de parole à l’assemblée des salariés de Gare de l’Est que même si parfois les cheminots pouvaient se sentir un peu contrariés par les réactions de certains usagers lors des grèves, les étudiants de Paris 8 les soutenaient dans leur lutte et les invitent à se battre ensemble contre les mesures antipopulaires du gouvernement et du patronat. Ces mots ont été reçus par des applaudissements vifs et des cris de satisfaction de la part des travailleurs. C’est en chantant « Tous ensemble ! » que nous nous sommes dirigés ensuite vers la manifestation au siège du Medef.

Un pas important vers la construction de cette alliance peut être le Grand Meeting contre l’état d’urgence qui aura lieu à Paris 8 ce jeudi 10 mars à 19h dont les thématiques sont devenues plus larges au fur et à mesure : non seulement contre l’état d’urgence mais aussi contre la répression syndicale et contre la loi El Khomri. Une invitation spéciale a été lancée aux cheminots pour qu’ils y prennent part.