^

Jeunesse

Opération médiatique

Les jeunes insoumis impriment 500 000 tracts…sans appeler au 10 octobre

Grande offensive médiatique de la France Insoumise : selon Mélenchon et ses lieutenants, il faut que la jeunesse se mobilise. Changement de position chez les Insoumis dont la préparation des mobilisations du 12 et du 21 septembre était très faible dans la jeunesse. Les Insoumis viennent de lancer l’impression de 500 000 tracts mais semblent oublier d’appeler au 10 octobre.

Offensive mélenchonienne sur la jeunesse

Les lieutenants de la France Insoumise le répètent sur tous les médias : il faut lancer une campagne d’ampleur en destination des jeunes contre la politique du gouvernement. Une idée en tête « actionner le levier terriblement efficace de la jeunesse  », comme l’explique Jean-Luc Mélenchon. La politique du leader de la France Insoumise a ainsi mis les moyens pour faire sortir « un torrent qui ne rentre pas facilement dans le lit de la rivière  » (Eric Coquerel) : 500 000 tracts, expliquant en dix raisons pourquoi il est nécessaire de se mobiliser contre le gouvernement, ainsi qu’une pétition en ligne, un « Appel de la jeunesse contre les ordonnances et leur monde ». Tout un matériel pour mettre la jeunesse dans la rue. A priori, cette annonce est une bonne nouvelle et cette offensive pourrait permettre de garnir les rangs d’une mobilisation très timide dans la jeunesse, mais qui interroge sur la stratégie choisie par la direction des Jeunes Insoumis jusqu’ici.

Quel bilan de la Jeunesse Insoumise en septembre ?

En effet, Toute cette combativité et cette volonté d’agir contraste avec la politique des Insoumis depuis le début du mois de septembre. Si le député du Nord, Ugo Bernalicis, explique « durant la rentrée, c’était compliqué, on ne pouvait pas leur demander de sécher leurs premiers cours. Il fallait aussi leur laisser le temps de convaincre leurs camarades » pour justifier l’inaction des jeunes insoumis à la rentrée, on peut s’interroger plus largement sur la volonté de la direction de l’organisation de vouloir construire avec les formations politiques déjà implantées un mouvement unitaire contre la loi travail. En effet, depuis la rentrée, deux réunions ont lieu réunissant toutes les organisations de jeunesse ; lors de la première, la France Insoumise s’est déclarée venir en observateur et a refusé catégoriquement de signer l’appel signé de toutes les organisations de jeunesse au motif que « le mouvement des Insoumis ne serait pas une organisation  »... Lors de la seconde réunion de ces mêmes organisations, destinée à préparer la manifestation du 21 septembre, la France Insoumise ne s’est même pas déplacée. En réalité, au moment où Mélenchon mettait la date du 23 septembre en ligne de mire, la préparation des dates de mobilisations sur les facs, la préparation des Assemblées Générales et des cortèges n’étaient pas leur priorité.

500 000 tracts contre Macron… qui n’appellent même pas au 10 octobre !

L’attitude des représentants des Jeunes Insoumis, qui refusent toute initiative unitaire contre la loi travail, semble pour l’instant continuer : dans le tract tiré à 500 000 exemplaires, il n’y a aucune mention de la date du 10 octobre, qui apparaît pour la jeunesse comme le prochain rendez-vous, avec des premières assemblées générales réussies, comme à Toulouse, où 400 étudiants se sont réunis hier. « Ils ne construisent pas le mouvement. A Paris 1, nous avons un comité de mobilisation qui s’est créé le 12 septembre. Ils ne sont pas présents et ne construisent pas les Assemblées Générales. On ne les voit que pour des coups d’éclat médiatique, comme lors de la venue de Macron à la Sorbonne où ils ont déployé une grande banderole contre Macron. Qu’ils viennent diffuser les tracts et préparer les manifestations ! ø » explique Arthur, militant du NPA à Paris 1. Une attitude dans l’action qui contraste avec les déclarations de la France Insoumise dans le Figaro : David Giraud assurait au quotidien que « le but est de converger tous ensemble dans la même direction : la mobilisation ». Des déclarations d’intention qui ne sont, pour l’instant, pas suivies de faits. Ce vendredi, une nouvelle réunion doit rassembler les organisations de jeunesse pour préparer le 10 octobre : la France Insoumise sera-t-elle présente ? Réponse demain.




Mots-clés

La France Insoumise   /    Loi travail 2   /    Jean-Luc Mélenchon   /    Jeunesse