^

Politique

Académie « terreau de tous les courants de droite »

Marion Maréchal-Le Pen : un retour en « métapolitique »

Depuis son retrait de la vie politique suite à l'échec du FN au second tour de présidentielle de 2018, Marion Maréchal-Le Pen n'en finit pas de cristalliser toutes les attentions.

Crédits photo : AFP/Getty Images

L’ex-députée du Vaucluse, partisane d’une droite traditionnelle et identitaire, n’a pas tout à fait quitté le monde politique où elle fera sa rentrée en septembre 2018 avec la création de son académie de science politique à Lyon, qu’elle conçoit comme un instrument de la recomposition politique à droite.

La recomposition à droite est en marche et l’échec de Marine Le Pen aux portes du pouvoir, malgré une progression importante dans le nombre de voies récoltées, reste entre travers de la gorge de Marion Maréchal-Le Pen, persuadée que « la bataille des idées est gagnée à bien des égards mais [qu’]elle ne parvient pas à se transformer en victoire électorale  ». Aussi, celle que Steve Bannon, ancien conseiller d’extrême-droite de Trump, considère comme « l’une des personnes les plus impressionnantes au monde », fera sa rentrée en politique en septembre prochain sur le terrain très cher à l’extrême-droite qu’est la « métapolique ». La voie électorale étant pour l’instant bouchée, c’est sur un travail de formation et de diffusion des idées réactionnaires que l’ex-députée FN va focaliser ses efforts afin de faire émerger « la jeunesse conservatrice de France » sur le plan politique.

Marion Maréchal-Le Pen ouvrira donc une académie de science politique à la rentrée prochaine à Lyon, ville connue pour être l’un des bastions de l’extrême-droite, identitaire et traditionnelle notamment. Ayant obtenu les habilitations nécessaires pour délivrer des diplômes, l’académie recrutera les candidats sur dossier pour constituer ce que Alba Ventura considère comme un « vivier de jeunes gens qui va des Républicains au FN ». En effet, l’arrivée au pouvoir de Macron a profondément précipité la recomposition de l’échiquier politique français au point que l’espace à la droite de LREM se retrouve occupé par un FN qui réalise difficilement sa mue en Rassemblement National et un Wauquiez partisan d’une droite forte et identitaire qui chasse directement sur les terres de l’extrême-droite. Dans cette bataille des droites, qui voit de nombreuses alliances hors partis se nouer, comme entre Nicolas Dupont Aignan, Jean Fréderic Poisson et Emmanuelle Ménard, ou encore à travers « l’appel d’Angers pour l’unité de la droite », qui axe son optique de rassemblement autour des thèmes identitaires et traditionnels de la droite, Marion Maréchal-Le Pen veut jouer sa carte.

L’académie de Marion Maréchal-Le Pen se positionne donc en bonne place pour structurer une génération politique qui revendique une droite forte aux positions conservatrices, souverainistes, anti-islam, réactionnaire sur l’IVG et la famille. Le retour en politique de celle qui prétendait quitter l’arène ne s’est donc pas vraiment fait attendre. Marion Maréchal-Le Pen se place donc en tête de ce mouvement de fond qui traverse la droite conservatrice.




Mots-clés

FN   /    Extrême-droite   /    Politique