^

Monde

Elections au Brésil

[PHOTOS] A Paris aussi, des centaines de brésiliennes se sont mobilisées contre Bolsonaro

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées sur la Place de la République à Paris pour participer du mouvement de femmes contre Bolsonaro, le candidat de l'extrême-droite misogyne, raciste, homophobe au Brésil.

Alors qu’au Brésil des centaines de milliers de femmes s’apprêtaient à se mobiliser contre Jair Bolsonaro et en défense de leurs droits ainsi que ceux des Noirs et des LGBT, à Paris avait lieu un rassemblement de femmes brésiliennes et de toutes les personnes solidaires. Dans d’autres villes comme Lyon, Toulouse et Bordeaux aussi des rassemblements ont été appelés.

Des slogans, des sifflets, une batucada. Une grosse ambiance a envahi la Place de la République pendant quelques heures. Les centaines de personnes ont attiré l’attention de passants et curieux. Une assistance composée majoritaire de femmes, mais pas que, se relayait au microphone pour dénoncer le candidat misogyne et raciste de l’extrême-droite brésilienne, Jair Bolsonaro.

JPEG - 155.2 ko

Des témoignages en français et portugais rappelaient les différentes phrases provocatrices et réactionnaires du candidat. On a rappelé à quel point Bolsonaro représente la haine contre les femmes, les Noirs, les populations indigènes, les LGBT et les pauvres. Un évènement réussi qui exprime la résistance des femmes contre cette misogynie décomplexée faisant écho au mouvement au Brésil.

Lors du rassemblement plusieurs intervenantes ont rappelé qu’après plus de six mois, on ne sait toujours pas qui a assassiné Marielle Franco, militante anticapitaliste, antiraciste et pour les droits des LGBT, assassinée à Rio de Janeiro alors qu’elle dénonçait l’intervention militaire dans les favelas.

JPEG - 157.7 ko

Mais comme au Brésil, le rassemblement à Paris n’a pas manqué d’exprimer l’amalgame entre le rejet de Bolsonaro et un certain soutien tacite, voire à des moments très explicite, au candidat du PT, Fernando Haddad.

Comme au Brésil, le paradoxe était ainsi qu’alors que l’on appelait à la libération de Lula et que l’on dénonçait le coup d’Etat institutionnel contre Dilma en 2016, on rappelait que l’évènement avait pour but de « rassembler les femmes de gauche comme de droite » contre Bolsonaro. Autrement dit, se rassembler avec les partisans de la droite putschiste pour battre l’extrême-droite…

On se rappellera qu’en France aussi beaucoup de gens ont cru qu’en votant Macron il était possible de faire reculer le FN et notamment les idées qu’il représente. Aujourd’hui on peut constater que cela n’est pas du tout le cas et que le gouvernement Macron, avec ses attaques contre les droits des travailleurs mais aussi contre les droits démocratiques, représente un vrai danger pour les classes populaires et les populations les plus fragiles.

La politique conciliatrice du PT pendant ses 13 ans au pouvoir ont démontré comment une politique de conciliation non seulement n’a pas permis de faire avancer les droits des femmes (égalité salariale, légalisation de l’avortement, etc.) mais que cette même politique a préparé le terrain pour le renforcement de la droite et de l’extrême-droite.

Il est évident que pour les femmes qui se battent pour leurs droits, les alliances avec la droite putschiste d’hier et d’aujourd’hui seront impuissantes face à l’extrême-droite et les capitalistes. Il s’agit effectivement de construire un mouvement de femmes indépendant des partis capitalistes et de la politique de conciliation du PT et en alliance avec le mouvement ouvrier et les différentes couches opprimées de la société. Au Brésil comme en France.

Pour voir toutes les photos faire cliquez ici.

JPEG - 139.9 ko



Mots-clés

Présidentielle 2018 au Brésil   /    Féminisme    /    Photoreportage   /    Crise au Brésil   /    Droits des femmes   /    Brésil   /    Monde