^

Politique

Castaner est sûrement d’accord…

Pierre Gattaz propose un « contrôle journalier des chômeurs » pour surveiller les « profiteurs »

Nouvelle proposition du président du Medef pour sanctionner un peu plus les chômeurs : un nouveau contrôle sur les allocataires, soupçonnés une fois de plus de ne pas vouloir travailler.

Crédits photos : (LUDOVIC MARIN / POOL)

Les discussions sur la réforme de l’assurance chômage sont aujourd’hui au devant de la scène et le patronat espère que c’est l’occasion pour imposer un grand retour en arrière sur les conditions d’accession à l’assurance chômage. Alors que les syndicats sont en pleine « concertation » et que toutes les centrales ont été invitées par le gouvernement, le président des patrons réclame encore plus de contrôle sur les chômeurs. Lors d’une conférence de presse ce mardi 17 octobre, il a ainsi affirmé qu’il fallait « aider ceux qui ont vraiment besoin de formation », mais qu’il y avait aussi « des gens qui profitent du système ». Des chômeurs qui profitent du système ? L’idée est loin d’être bien différente de celle du gouvernement : Christophe Castaner affirmait ainsi lundi soir sur BFM TV que les chômeurs voyaient leur inactivité comme des « vacances »… Il disait ainsi à propos du chômage que « c’est une forme de liberté. Mais la liberté, c’est vers quelque chose. Ce n’est pas de se dire : “Finalement, je vais bénéficier des allocations-chômage pour partir deux ans en vacances”  ».

Les chômeurs refusent des postes intéressants, ils refusent de reprendre le travail, ils partent en vacances… le patronat réussit de plus en plus à faire passer cette idée, selon laquelle les chômeurs sont avant tout des fainéants, avant de proposer sa réforme : il faudrait « peut-être un contrôle journalier » a finit par lâcher Pierre Gattaz. Un contrôle journalier, cela signifierait que les chômeurs doivent attester avoir, tous les jours, envoyé un certain nombre de CV, de lettres de motivations, avoir fait le tour de toutes les entreprises, etc. Pour celles et ceux qui ont vu le dernier film de Ken Loach, I, Daniel Blake, l’idée du président du Medef évoque tout de suite la réalité de ces mesures : pression continuelle de Pôle Emploi, radiations à la pelle, être obligé de prendre un travail qui n’a rien à voir avec votre formation… C’est donc un nouveau recul que propose le Medef, espérant ainsi réduire les cotisations chômage qu’il doit payer pour l’instant sur chaque fiche de paye.




Mots-clés

Pierre Gattaz   /    Medef   /    Licenciement(s)   /    Chômage   /    Patrons-voyous   /    Politique