^

Jeunesse

"Macron en est sorti, et nous ne voulons pas finir comme lui"

Sciences Po occupée : "Macron, ton école est bloquée"

Lors de leur 3ème assemblée générale contre le plan étudiant, plus de 200 étudiants de Sciences Po Paris ont voté le blocage du bâtiment principal, actuellement occupé. Un blocage symbolique de l'école qui a formé l'actuel président contre lequel s'opposent les étudiants mobilisés : "Macron, ton école est bloquée" peut-on lire sur l'une de leurs banderoles. Dans leur communiqué, les étudiants expliquent leur démarche : "Nous occupons Sciences Po parce que Macron en est sorti, et que nous ne voulons pas finir comme lui."

Les facultés bloquées ou/et occupées se multiplient en région parisienne. Après Tolbiac, Nanterre, Paris VIII, et l’occupation délogée de la Sorbonne la semaine dernière, c’est au tour de Sciences Po Paris. Environ 250 étudiants qui se mobilisent contre le plan étudiants et les réformes de Macron ont décidé en assemblée générale ce mardi 17 avril de bloquer le bâtiment principal de leur école. Ce mercredi matin, la direction a décidé de fermer le bâtiment et de déplacer les cours.

Afin d’expliquer les motivations de ce blocage en soutien aux autres universités occupées ou/et bloquées un peu partout en France, les étudiants ont rédigé et publié un communiqué (traduit également en anglais) avec leurs revendications. Ils expliquent : "Occuper Sciences Po est fortement symbolique : en tant que fac où a étudié Emmanuel Macron et de nombreux membres de sa majorité parlementaire". Il s’agit pour les étudiants mobilisés de "bloquer la fabrique à élites" qui forme les futurs dirigeants de demain prompts à mettre en œuvre les politiques néolibérales et racistes du gouvernement quand ils n’en font pas partis.

Les quelques dizaines d’étudiants restés cette nuit se sont fait acheminés des vivres et ont déployé des banderoles sur la façade du bâtiment côté rue Saint-Guillaume. Leurs slogans s’adressent à Macron "Macron, ton école est bloquée", dénoncent le caractère élitiste de leur école "Ici sont formés ceux qui sélectionnent", et affirment leur solidarité avec les migrants "No border, no nation, stop deportation".

Leur occupation est menacée par la direction ainsi que par des étudiants et organisations de droite qui avaient d’ailleurs annoncé un rassemblement ce matin pour s’opposer à l’occupation.

Pour le moment, les étudiants continuent d’occuper et préparent la manifestation interprofessionnelle de demain, le 19 avril, où les étudiants manifesteront aux côtés des travailleurs en lutte !

Nous relayons ci-dessous le communiqué :

Les étudiant.e.s de Sciences Po Paris réuni.e.s en AG ce 17 avril ont pris collectivement la décision d’occuper pacifiquement le bâtiment principal de l’école de manière reconductible.

Cette décision vaut jusqu’au retrait de la loi ORE et de toutes les lois antisociales et racistes portées par ce gouvernement (loi asile et immigration, casse de la fonction publique...), et pour lesquelles le terrain est préparé depuis de nombreuses législatures maintenant. Face à cette vaste entreprise néolibérale et raciste menée sur tous les fronts par Macron, nous considérons comme essentiel de nous mobiliser de manière concrète, en bloquant les lieux de production de richesses et de savoir. En tant qu’étudiant.e.s à Sciences Po, certaine.s diront que nous n’avons pas notre mot à dire dans le mouvement social étudiant actuel contre la sélection, puisque notre école est par essence sélective : nous estimons que notre école sert de laboratoire aux politiques d’éducation néolibérales et racistes telles que celles orchestrées aujourd’hui par le gouvernement. Par conséquent, nous avons décidé d’occuper Sciences Po aujourd’hui, en soutien aux étudiant.e.s et lycéen.e.s en lutte, et parce que nous estimons que notre école sert de laboratoire aux politiques d’éducation néolibérales et racistes telles que celles orchestrées aujourd’hui par le gouvernement. Malgré les mesures mises en place en faveur de plus de diversité, Sciences Po nous laisse un aperçu de ce à quoi ressemblera l’enseignement supérieur si nous laissons faire Macron. L’accès à l’école reste fortement inégalitaire, une sélection sociale qui se renforce au cours de la scolarité du fait de la pression scolaire et mentale subie. A cela s’ajoutent de fortes violences sexistes, racistes et de classe reproduites tant par l’institution que par le corps enseignant et étudiant et contre lesquelles rien n’est fait.

De plus, occuper Sciences Po est fortement symbolique : en tant que fac où a étudié Emmanuel Macron et de nombreux membres de sa majorité parlementaire, celle-ci se fait le relais académique et symbolique de l’idéologie néolibérale et raciste dominante, qui transparaît tant dans la gestion de l’école que dans les contenus des enseignements.

De nombreuses multinationales subventionnent notre école pour que soient vantées dans nos cours leurs pratiques d’exploitation des travailleur.euse.s, d’appropriation des ressources naturelles dans les pays du Sud Global, de violations des droits humains et de destruction de la planète. Cours d’économie néolibérale obligatoire en première année, cours néocoloniaux sur entrepreneuriat en Afrique, sur le droit du pétrole en master Énergie, sur la meilleure manière de licencier des salarié.e.s en master Ressources Humaines...

Notre école est pleine de ces modules visant à former les hauts fonctionnaires zélés du régime libéral et autoritaire et les délinquants à col blanc qui ne cessent de renforcer leurs positions. Pour ces raisons, nous appelons tou.te.s les étudiant.e.s révolté.e.s par la politique de Macron, de Mion et de leurs allié.e.s à nous rejoindre pour faire de Sciences Po un lieu ouvert à tou.te.s, étudiant.e.s, chômeur.se.s, précaires, salarié.e.s, exilé.e.s, avec ou sans papiers, en vue de briser ce temple de l’enseignement injuste, inégalitaire et élitiste que l’on essaie de nous imposer.

Nous, étudiant.e.s de Sciences Po réuni.e.s en AG :

- tenons avant tout à préciser que les appariteur.se.s et personnels de sécurité ne sont pour rien dans notre mobilisation, et qu’aucune sanction ne sera tolérée contre elles et eux.

- demandons la non-comptabilisation des absences les jours de manifestation, afin de permettre à chacun.e.s de pouvoir y participer et de se mobiliser pour ses droits.

- actons le fait que le pouvoir est entre les mains d’une élite, et que les tractations de couloir sont malheureusement très efficaces pour faire advenir le changement. Aussi, nous demandons à Frédéric Mion, directeur de l’IEP, de faire marcher ses réseaux pour obtenir le retrait de tous les projets de loi que nous condamnons. Si des ordonnances permettent de les appliquer, deux ou trois coups de téléphone seront bien en mesure de les abroger.

- Nous invitons les enseignant.e.s à réfléchir et discuter avec nous afin de construire une pédagogie nouvelle et de décloisonner les savoirs. Les enseignants vacataires, précarisés par les mêmes logiques qui conduisent aujourd’hui à la sélection, réclament que leurs cours soient payés quand bien même ils ne seraient pas assurés du fait de l’occupation.

Aujourd’hui, nous occupons Sciences Po pour bloquer la production de ce savoir dominant qui forme les fondations du monde actuel qui sont classistes, racistes, sexistes.

Nous occupons Sciences Po pour bloquer la reproduction des élites libérales, celles qui aujourd’hui sélectionnent aux frontières et à l’université, privatisent le pays et précarisent les plus exposé-e-s.

Nous occupons Sciences Po car nous ne voulons plus écouter la litanie de vos théories dominantes, qui ne laissent aucun espace aux savoirs critiques et passent au rouleau compresseur la possibilité d’inventer un autre savoir pour un autre monde.

Nous occupons Sciences Po contre leurs contrôles et leurs caméras, et avec notre désir de faire de notre école un lieu de rencontre et d’émancipation ; contre leur néo-management, nous affirmons l’entraide, la solidarité, l’autogestion et la lutte concrète et efficace contre toutes les formes d’oppression.

Nous occupons Sciences Po en soutien à tou-te-s les exilé-e-s et notamment celles et ceux qui occupent le bâtiment A de Paris 8 et leur demande de régularisation collective.

Nous occupons Sciences Po parce que Macron en est sorti, et que nous ne voulons pas finir comme lui.




Mots-clés

Plan Etudiants   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Paris   /    Emmanuel Macron   /    Université   /    Jeunesse