^

Genres et Sexualités

Culture du viol

Solveig Halloin, son violeur présumé porte plainte pour diffamation

Phillipe Caubère, le metteur en scène coupable présumé de viol, accusé par Solveig Halloin la semaine dernière, réfute en bloc les accusations et a porté plainte pour diffamation contre cette dernière.

Crédits Photo : Jacques Demarthon, AFP

Nous en parlions ici la semaine dernière, (l’ex-metteuse en scène et militante Solveig Halloin avait porté plainte pour viol ---> http://www.revolutionpermanente.fr/Accusation-de-viol-Solveig-Halloin-temoigne-contre-son-violeur-presume-Philippe-Caubere ) contre celui qu’elle considérait comme son mentor. Le viol se serait passé dans un hôtel de Béziers 8 ans plus tôt. La jeune femme raconte les années de reconstruction mentale qu’elle a parcouru avant de pouvoir parler des violences qu’elle a subi cette nuit là, en grande partie à la suite du mouvement de libération de la parole sur les violences machistes Metoo.

Dans ce qu’il appelle une lutte « contre ce tribunal de l’opinion et toutes les opérations de lynchage qui en résultent », Caubère a porté plainte contre Solveig Halloin pour avoir « diffamé » ou encore « sali publiquement » son nom. Un combat pour la défense de son image qui semble être déplacé face à de telles accusations. Dans la foulée de sa plainte, la victime présumée en a appelé aux autres femmes qui auraient subi des violences machistes de la part de Phillipe Caubère à se joindre à elle et à témoigner contre celui qu’elle qualifie de « serial violeur » et de « prostitueur »

Le traitement médiatique de cette affaire à une odeur de réchauffé. Celui-ci reprend en effet le sempiternelle schéma de l’homme-artiste victime de diffamation pour être « trop ouvert d’esprit ». Halloin étant quant à elle renvoyée à celle qui diffame, qui détruit la montée artistique du soleil du théâtre français et non la victime présumé qui porte plainte contre l’agresseur présumé qui a détruit sa vie professionnelle, l’actrice ayant quitté les planches, et personnelle. Un traitement qui témoigne à nouveau de la prégnance et la prédominance de la culture du viol.




Mots-clés

Genre   /    sexisme   /    Violences faites aux femmes   /    Genres et Sexualités