^

Société

Extrême-droite

Suavelos : le camp réservé aux Blancs qui ne dérange pas l’Etat

Alors que la cabale médiatique s’attaque depuis plusieurs jours au festival afroféministe Nyansapo, sous prétexte que ces militantes organisent des ateliers entre personnes qui subissent le racisme, BuzzFeed a découvert l’existence d'un camp non-mixte autrement plus scandaleux. Le camp d’été Suavelos, interdit aux noirs et aux arabes, aux musulmans et à toute « merde cosmopolite ».

Les skinheads du film This Is England

« 5 jours pour nous rassembler tous »

L’habit ne fait pas le moine, et le « tous » n’inclut pas tout le monde. Si l’auteur se défend auprès de BuzzFeed d’organiser un camp réservé aux Blancs, la description est pourtant claire. Sur le site de Suavelos, qui se revendique faire partie du « réseau des Blancs insoumis », l’on peut lire : « Qui est le bienvenu ? […] Enthousiastes, positifs, curieux, amoureux de notre terre ancestrale, de sa nature typique, de sa beauté et des gens enracinés qui la peuplent. » 5 jours pour donner à ces « gens enracinés » un « vaccin contre la soralose du foi, l’hanounisme cérébrale, la kevinose hémiplégique, et la mohamedite coranoïde du tendon d’achille. » Conclusion : « Nous serons entre gens bien éduqués ». Subtile.

« Santé, bonheur et moins d’arabes »

Pas de « racailles », de « KasseKouille » et de « KousKous » donc, mais des « gens bien éduqués » : le camp d’été vend « 5 jours hors de toute cette merde cosmopolite, 5 jours sans pharisiens, sans racailles… et sans cet insupportable bruit de fond anti France et anti blanc ». Bien-éduqué, le co-fondateur de l’association, Yann Merkado l’est : ses doux vœux pour l’année 2017 se résumaient en trois souhaits : « Santé, bonheur, et moins d’arabes ». Cet « enfant de bonne famille » alimente régulièrement son site « portetescouilles.com », sur lequel on peut par exemple lire dans un article récent intitulé « Le sens viscéral du sang contre le principe abstrait de la race » que « le racialisme n’a d’intérêt que s’il signifie ‘‘les nôtres avant les autres’’. »

Bien éduqué également, Thimothée Vorgenss, l’organisateur du camp, qui estime que les travaux de l’essayiste antisémite Hervé Ryssen sont importants « en matière de judéo-lucidité » et prône que « nous sommes censés être unis par une cause, notre race, notre nation, notre destin ». Une promotion des idées antisémites qui rappelle plus volontiers les propos de Jean Marie le Pen que des afro-féministes de NYANSAPO.

Ou encore, Daniel Conversano, contributeur pour Suavelos, qui criait « on en a marre des Arabes » aux côtés de Soral et Dieudonné, théorise que « notre pays est dirigé depuis plus de deux siècles par des youpis à la moralité immonde » et souhaite voir « des douaniers avec des flingues » pour « tirer » sur « les mecs à la nage ». En somme, « Juste nous. L’amitié qui nous unit et l’esprit France qui nous transcende » Douce France…

A 100 km de Gérard Collomb

Pour se protéger des « emmerdeurs », la localité exacte du camp n’est pas révélée mais il se tiendra « à 100 km de Lyon ». Hasard sans surprise. La riche et très catholique « Ville des Lumières » est aussi le foyer des groupuscules d’extrême-droite tranquillement installés. En 2015 notamment, la Marche des Fiertés se voyait interdire le passage dans le Vème arrondissement, fief des petits fachos, par la Mairie elle-même, qui couvrait ainsi de fait leur existence. Une Mairie aux mains d’un certain Gérard Collomb, nouvellement Ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Macron. Le même qui il y a tout juste 5 jours assimilait le GUD aux Brigades rouges. Evidemment, le maire de Lyon, maintenant Ministre de l’intérieur, n’a rien trouvé à redire sur le-dit camp, quand son homologue parisienne a réussi à faire interdire les ateliers non mixtes du festival qui se tenait dans sa ville.

Menace d’annulation… par manque de participant.e.s

Malgré un prix attractif, un « lieu de soleil, de vent, de beauté suave et pure », la limite des 30 places n’est pas atteinte. Même pas 30 crânes rasés en surplus de testostérone prés à mettre 150 euros pour prendre 5 jours pour « laisser leur trace ». Et au cœur du problème : pas assez de filles. Ce n’est pas faute de l’appel à participation depuis la charmante page Facebook des « Filles d’Europe », qui promettent des produits garantis « pur porc » tout en rendant hommage aux régimes nazis et pétainistes.

Ni des mots rassurants de Daniel Conversano qui précise dans sa vidéo promouvant le camp que les femmes « sont très très loin d’être exclues », promettant même aux femmes célibataires « qu’on ne va pas [les] croquer » mais qu’ « [elles seront] entre de bonnes mains ». Une volonté affichée que le camp « ne sente pas trop la couille » qui semble être restée vaine.

Etonnant lorsque l’on lit les profondes élaborations de Yann Merkado sur portetescouilles. Dans son article « Tuer le Macho, c’est faire naître le Machiste », il est explique que « le dominant est celui qui domine naturellement, c’est le chef né, ou juste la personne sympathique que vous avez envie de suivre » et prétendait mettre ainsi en garde : « Que les féministes gauchistes passant leur temps à taper sur le macho et la fierté fanfaronne masculine sachent que quand on enlève le côté macho d’un homme, on en fait un terreau fertile pour la croissance d’une misogynie machiste. Quand on souhaite rabaisser sa fierté au niveau de la plus timide pucelle, on n’en fait certainement pas un homme qui respecte les femmes. On le livre en fait à une compétition ridicule et on rend son esprit poreux au phénomène de bougnoulisation culturelle » il peut maintenant être rassuré.

Réjouissance partielle

Si BuzzFeed se réjouit de cette possible annulation faute de salle comble, si le manque de participants -et de participantes- à un tel camp de petits fachos ne peut qu’être un symptôme positif après que l’on ait vu le FN se hisser et perdre au second tour des présidentielles, la bonne nouvelle n’est cependant que partielle. Car quand le Collectif afroféministe Mwasi fait face à Anna Hildago qui veut interdire leur festival Nyansapo, pas question pour les « natios » de Suavelos de voir leur camp incriminé par les hautes sphères. Un deux poids deux mesures des institutions qui ne saurait être autrement puisque la menace n’est certainement pas du côté des boules-à-zéro testostéronées au « pur porc », mais bien de cette « vermine gauchiste ». Deux poids deux mesures entre ceux qui font prospérer le racisme et qui veulent virer les « non-blancs » du territoire et celles et ceux qui militent contre le racisme.




Mots-clés

Racisme   /    Extrême-droite   /    Société