^

Politique

L'acharnement continue

Adama Traoré. Trois de ses frères en garde à vue

Ce lundi 3 mars, deux frères d'Adama et un proche ont été interpellés par la gendarmerie au petit matin. Étant également recherché, un troisième frère s'est rendu à la gendarmerie en début d'après midi. Ils sont accusés de violence en réunion avec préméditation. Quand l’acharnement contre la famille Traoré s’arrêtera-t-il ? Sadek Basnacki

Visiblement,un Traoré mort et un en prison ne suffit pas pour les gendarmes et la justice de Pontoise. Ce matin, l’un des frères d’Adama a été interpellé dans le bus l’emmenant à son travail par une dizaine de gendarmes,alors même que certains d’entre eux étaient en civil dans le bus. Selon Assa Traoré, et l’on ne peut que partager son sentiment, il s’agit d’une « mise en scène pour nous criminaliser, nous humilier ». « Ils l’ont fait descendre […] comme un criminel ». L’autre frère a été arrêté à son domicile. Il s’agit de Youssouf, 22 ans, et de Cheikne, 27 ans. Une troisième personne a été interpellée dans cette opération de police qui a mobilisé un grand nombre de gendarmes. Yacouba, un troisième frère d’Adama, qui était également recherché, s’est rendu en début d’après-midi à la gendarmerie.

Ils ont raté Youssouf une fois mais pas deux

Onnepeut qu’être indigné et en colère en voyant cette attaque de plus envers la famille Traoré. C’est « une forme d’intimidation [qui] est mise en place, des pressions et des représailles ». « Pour nous, la famille Traoré, il s’agit de représailles de la part des gendarmes, des représailles de notre combat des représailles contre ce combat que l’on mène pour la vérité et justice pour Adama ». Youssouf avait déjà eu affaire à la justice en décembre dernier.Lors d’un rassemblement devant la mairie de Beaumont, lors d’un conseil municipal dont l’accès était interdit, ils avaient été gazés par les policiers municipaux et chargés par les gendarmes. Youssouf et Bagui ont été accusés d’avoir frappé les policiers qui eux-mêmes admettent ne pas être en mesure de les identifier. Bagui Traoré a été condamné à huit mois de prison ferme pour « violences sur les forces de l’ordre », ainsi qu’à une interdiction de se rendre pendant deux ans à Beaumont-sur-Oise, où réside l’ensemble de sa famille. Son frère, Youssouf Traoré, jugé à ses côtés pour des « outrages et menaces de mort à l’encontre de deux agents de police », a quant à lui été condamné à 3 mois de prison aménageable. Depuis, Bagui a été mis en examen pour « tentative d’assassinat », il est accusé d’avoir tiré sur les forces de police. Il a entamé une grève de la faim pour réclamer justice et vérité pour Adama. Cette fois ci, la justice revient à la charge avec cette affaire.

L’acharnement contre la résistance

Les trois frères et la quatrième personne sont soupçonnés d’avoir roué de coups un ancien co-détenu d’Adama qui avait porté plainte au printemps dernier contre lui et d’autres détenus pour viol alors qu’ils étaient à la maison d’arrêt d’Osny début 2016. Pourquoi les frères d’Adama auraient-ils fait ça plus d’un an après, le mystère demeure. Le parquet de Pontoise n’a en aucun cas confirmé le dépôt de cette plainte et les surveillants pénitentiaires interrogés disent n’avoir aucun souvenir d’une telle affaire.Dans une vidéo sur facebook, Assa Traoré témoigne de la violence de ses accusations. « Nous apprenons à travers les journaux que la mémoire de mon frère Adama est salie, aujourd’hui on porte des accusations sur un mort, des accusations sur un frère qu’on défend. On porte des accusation contre notre frère qu’est devenu un symbole pour cette France, cette France qui subit un mal-être ». Le harcèlement et l’acharnement de la gendarmerie et de la justice est impitoyable, ils veulent faire plier cette famille qui a refusé de baisser la tête face aux violences quotidiennes d’une police raciste qui fait régner la terreur dans les quartiers populaires. « Ils utilisent encore une fois le nom d’Adama pour faire subir cette injustice là » . « Les parents subissent une violence immonde », un fils assassiné, un fils molesté dans le rassemblement devant le conseil municipal, un fils en prison et maintenant trois autres fils en garde à vue qui sans doute seront mis en examen. Bientôt ça sera le tour de leur mère, toute la famille y passera pour que les quartiers populaires ne relèvent pas la tête devant tant d’injustice. « Aujourd’hui la famille Traoré est devenue une cible centrale de la part de ces autorités, de ces gendarmes, de ces politiques et de la justice mais le combat continue » .

Rappelons que les trois gendarmes mis en cause dans la mort d’Adama n’ont toujours pas été mis en examen, alors qu’une bonne partie de la famille Traoré est en ce moment même en prison. La garde à vue des frères a été prolongée ce lundi soir. Ils sont à la gendarmerie de Pontoise,à 23 min de la gendarmerie de Persan, où leur frère est mort. Malgré cet harcèlement et cet acharnement ignoble, il faut avoir en tête les mots d’Assa Traoré « le combat va continuer ». Que les gendarmes qui ont assassiné Adama soient condamnés ! Que les frères d’Adama et les centaines de jeunes arrêtés dans les quartiers lors des éruptions de colère après son assassinat soient relaxés ! Vérité et Justice pour Adama !




Mots-clés

Adama Traoré   /    Violences policières   /    Politique