Société

"Dis à ta sœur qu’elle fait trop de bruit"

Youssouf et Bagui Traoré en prison jusqu’au 14 décembre pour avoir réclamé justice pour leur frère

Publié le 23 novembre 2016

Crédit photo : Dam Morrison

Nous relayons ci-dessous le communiqué de la famille Traoré.

Communiqué de presse mercredi 23/11 Mise en détention de Youssouf et Bagui Traoré

VERITE POUR ADAMA

Nous apprenons avec un grand choc ce soir la mise sous mandat de dépôt de nos frères, amis et fils, Youssouf et Bagui Traoré, au vu des faits dont ils sont accusés du 17 novembre dernier, devant la mairie de Beaumont sur Oise.

Ayant refusé la comparution immédiate, nous demandions leur libération jusqu’au jugement. Ils seront finalement gardés sous écrou jusqu’au 14 décembre prochain, date de leur jugement.

Neuf policiers municipaux portent plainte, les gendarmes de la ville sont témoins. C’est là une bien honteuse machination. Cette orchestration visant à leur criminalisation, nous l’attendions. Nous ne pouvons définir ce jugement que comme un acharnement. Youssouf et Baguy sont accusés "d’outrage, rébellion et violence" sans avoir ne serait ce que provoqué la violence des gendarmes. La police et les gendarmes présents devant la mairie ont gazé les habitants, mais ils n’attendent aucune sanction.

Des garantis ont été présentées pour assurer le bon déroulé du jugement, mais rien n’a été entendu. Pour preuve, Youssouf est père d’un enfant en bas âge et travaille dignement pour subvenir aux besoins de sa famille. Il n’a pas d’antécédent. Cette décision d’une grande sévérité n’est pour notre part pas justifiée. Nous savons aussi que cette criminalisation vient de plus haut que la mairie. Les gendarmes ont tenté d’intimider Bagui en lui disant tout simplement qu’Assa, sa soeur, devait faire profil bas et qu’ils n’appréciaient pas ses prises de paroles : "Dis à ta soeur qu’elle fait trop de bruit". Ces mots prouvent bien que nous devons faire face à des méthodes indignes de déstabilisations et d’intimidations. Après avoir les subi les pressions de la gendarmerie et de la mairie, voilà les pressions judiciaires.

Il est clair que nous avons besoin de tous les soutiens. Nous nous organiserons bientôt dans les prochaines semaines et nous vous invitons tous à nous rejoindre.
Nous ne reculerons pas sur notre revendication principale, qui est la mise en examen des gendarmes, pour la justice et la vérité pour Adama. Il est certain désormais que notre mobilisation et nos prises de décisions mettent ces institutions en difficulté, d’où cette obstination à vouloir condamner une famille toujours en deuil, en brisant leur cellule familiale.

Adama a été tué le 19 juillet lors de son interpellation par les gendarmes de Beaumont sur Oise et nous devons encore nous battre pour obtenir leur mise en détention. Aujourd’hui, Youssouf et Bagui passent leur première nuit en prison.

Pas de justice pas de paix
Vérité pour Adama