^

Société

Violences policières

Un homme en état de mort cérébrale après une interpellation gare du Nord

Massar D. est depuis plus de 10 jours entre la vie et la mort après son arrestation en gare du Nord. Présenté comme un « vendeur de crack », la police l’a interpellé en utilisant une technique « classique », la clé d’étranglement. S’en est suivi un arrêt cardiaque. Les hospitaliers ont du le plonger dans le coma.

L’affaire reste encore très floue, assez pour que la famille du jeune homme, Massar D. ait saisi l’IGPN, la « police des polices ». Son identité n’a pas été encore établie a précisé le parquet. Il s’agirait selon Le Point d’un jeune homme de 24 ans (20 ans selon 20 minutes) de nationalité espagnole né à Dakar et « passionné de football ».

Dans la soirée du 9 novembre, des policiers de la brigade des réseaux ferrés (BRF) l’ont interpellé après l’avoir poursuivi dans les couloirs de la gare. Des vidéos montrent cette course mais la scène de l’interpellation elle-même n’était pas dans le champ des caméras. Juste après avoir été violemment plaqué au sol et menotté, Massar D. a du être envoyé en urgence absolue à l’hôpital Lariboisière. Commençant à suffoquer, le jeune a fait par la suite un arrêt cardiaque, provoquant des lésions cérébrales irréversibles.

Le jeune homme avait une trentaine de pochons de crack cachés dans la bouche. Des médecins auraient extrait deux pochons s’étant coincés dans sa gorge au moment de l’interpellation. Selon une source proche de l’enquête, rien n’indiquerait de « faute des policiers ». La « clé d’étranglement » étant considérée comme une « technique classique », qui dans ce cas là a provoqué la suffocation du jeune homme et qui avait déjà provoqué la mort d’Adama Traoré. « Dealer de crack » ou non, cela ne doit en rien écarter ou légitimer les techniques meurtrières de la police, qui sont, fait parlant, considérées comme « classiques ».

Son oncle témoigne du fait que trois semaines plus tôt, Massar avait été placé en garde à vue, au cours de laquelle il avait été frappé mais n’avait pas déposé de plainte à sa sortie. Alors qu’une enquête a été ouverte par le parquet de Paris, preuve que l’affaire n’est pas si claire que ça et que la responsabilité des policiers est engagée. La famille a décidé de déposer aussi une plainte auprès de l’IGPN contre la brutalité de l’arrestation. L’impunité continuelle de la police tue. Dealer ou pas, ces méthodes de brutalité extrême mènent à la mort des dizaines de jeunes hommes, le plus souvent issus des milieux populaires sur lesquels la police s’acharne.

Crédits photo : [MEHDI FEDOUACH / AFP




Mots-clés

Violences policières   /    Société