^

Politique

Violences policières

Un policier tire au flash-ball en plein visage d’un médiateur, range son arme et repart

C'est une nouvelle affaire de violences policières. A Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), lors d'un contrôle, un policier a tiré en plein visage d'un médiateur, à moins de 3 mètres de sa cible. Bilan, 45 points de sutures et 15 jours d'ITT minimum !

Capture d’écran d’une vidéo / Crédits : DR

C’est une information révélée par le journal Libération qui met en lumière un nouveau cas de violences policières. Le 14 juillet dernier, lors de la fête annuelle de l’Association des Africains du 92 (AA92) dans le quartier de la Caravelle à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), un contrôle suite à un excès de vitesse s’est terminé à coup de matraque, gaz lacrymogène et flash-balls.

Tout commence avec le contrôle lui même. Le jeune homme, membre de l’association, est parti faire une course, et est alors, selon ses propos, victime d’une prise d’étranglement par les forces de répression. Très vite, Alfoussen et Souleymane, deux médiateurs d’AA92, arrive sur place pour dialoguer avec les agents de la BAC. « Cela fait dix ans qu’ils nous connaissent, on travaille avec eux » explique ainsi Alfoussen. Pourtant, les agents de la BAC ne s’embarrassent pas de dialogue. Ainsi, Souleymane est attrapé au niveau du cou. Alors que ce dernier se dégage, le premier gazage est de mise. Les deux médiateurs refusent de quitter les lieux pendant l’interpellation. Souleymane est victime d’une balayette, puis tasé à terre avant d’être embarqué. La scène de violences policières commencent à attirer la foule. L’un des membres des forces de répression sort alors son flash-ball, vise Alfoussen et lui tire en pleine tête, à moins de 3 mètres. « Il m’a visé, m’a tiré dessus et il est reparti normal » a déclaré le médiateur qui n’a pas été interpellé. En effet, le policier aurait ainsi rapidement rangé son flash-ball, pour reprendre son taser comme si ne rien n’était.

Emmené à l’hôpital de Colombes par des proches, Alfoussen devra dans un premier temps être opéré, la plaie étant trop profonde pour être immédiatement recousue. Au final, ce sont 45 points de sutures et 15 jours d’interruption de travail temporaire, sous réserve de complications, qui seront prescrite à Alfoussen. Le médecin lui indiquera même que si le tir l’avait touché quelques centimètres plus bas, le jeune médiateur aurait perdu la vie. Du côté des forces de répression, on annonce 7 blessés... mais aucune ITT n’a été déclarée...

De nombreuses vidéos, selon Libération, prise sous différents angles, permettent de confirmer les déclarations des deux médiateurs. Voici donc une nouvelle affaire de violences policières dans les quartiers populaires, qui s’ajoute à une très longue liste s’allongeant quasiment au jour le jour.




Mots-clés

impunité policière   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique