^

Notre classe

"L'hôtel est à nous"

Une deuxième victoire pour les grévistes du Campanile !

Les grévistes de l'hôtel Campanile Tour Eiffel ont remporté deux victoires en deux ans. Cette année, après une grève de 43 jours, ils ont fait plié la direction sur un ensemble de revendications. Pour fêter la victoire, ils ont organisé une soirée-débat à laquelle sont venus leurs proches et soutiens.

Les grévistes du Campanile Tour Eiffel avaient prévu une soirée de solidarité à la suite du succès de leur premier « repas solidaire » pour la fête de la musique. Cette soirée s’est transformée en fête pour célébrer leur grève victorieuse. En effet, mardi les salariés ont conclu un accord de fin de conflit. Après 43 jours de grève, de multiples actions et rassemblements, ils ont imposé un protocole à la hauteur de leurs revendications !

Quelques dizaines de personnes sont venues à la soirée-débat entre 19h et minuit. Ils sont venus partager cette victoire avec les grévistes. Une victoire précieuse en ce début de quinquennat Macron qui démontre que des défaites peuvent être infligées aux patrons. "L’hôtel est à nous" expliquent fièrement les salariés qui ont prouvé qu’il ne serait pas facile pour la direction de les séparer, de les diviser. Les salariés ont alors pris la parole pour remercier les soutiens. Et dire qu’ils seront prêts à réagir aux prochaines attaques de leur direction. D’ici là, ils nous ont donné rendez-vous pour les prochains rassemblements de travailleurs en lutte ou encore aux prochaines manifestations contre le gouvernement Macron !

Fouad, gréviste de l’hôtel Campanile Tour Eiffel, syndiqué CGT, est intervenu le premier :

Kady, gouvernante à l’hôtel Campanile Tour Eiffel a remercié l’ensemble des soutiens à la grève :

Brahim, veilleur de nuit pendant plusieurs années à l’hôtel Campanile Tour Eiffel a obtenu grâce à cette grève un poste de veilleur de jour :

Monia, sous-directrice de l’hôtel et gréviste a pris la parole notamment pour remercier Momo, délégué syndical CGT, pilier de la grève du Campanile :

Elsa, étudiante et militante de révolution permanente est également intervenue au nom de révolution permanente :




Mots-clés

hôtel Campanile   /    CGT   /    Notre classe