^

Notre classe

Rassemblements, opérations escargots, barrages...

Une matinée de mobilisation chez les routiers en ordre dispersé

Ce lundi, les syndicats CFDT et CFTC ont appelé à une journée de mobilisation chez les routiers contre la loi travail XXL. Ce midi, une délégation de routiers a été reçue par le ministère du transport.

Les syndicats routiers CFDT et CFTC ont appelé à une journée de mobilisation ce lundi 18 septembre. Une première journée présentée comme un "avertissement" lancé au gouvernement. La CGT et FO transport et logistique ont appelé de leur côté à la grève reconductible à partir du 25 septembre contre la loi travail 2.

Les routiers ont ouvert la danse d’une semaine sous le signe de la mobilisation contre la loi travail XXL. En effet, les ordonnances réformant le code du travail seront présentées ce vendredi en conseil des ministres.

Une casse en règle du code du travail qui inquiète à juste titre les routiers. Ces derniers craignent notamment la précarisation de leur profession, une flexibilité accrue, dans un secteur composé à 75% de TPE et PME.

Alors, depuis ce matin, des chauffeurs routiers ont répondu à l’appel de la CFDT et CFTC organisant dans plusieurs villes des rassemblements, des barrages filtrants ou encore des opérations escargots.

Dans le Nord, les routiers ont lancé une opération escargot sur l’A1 et l’A26 entrainant des perturbations. En Moselle, les chauffeurs routiers ont manifesté sur l’autoroute A4. Du côté de Lyon, une cinquantaine de routiers ont manifesté à partir de 7 h 20 au péage de Vienne-Reventin sur l’autoroute A7 au sud de Lyon, où ils ont
distribué des tracts aux automobilistes.

A Paris, c’est une centaine de personnes qui se sont rassemblées près du ministère du Travail exigeant d’être reçu par Muriel Pénicaud. Finalement, une délégation de cinq routiers de la CFDT et de la CFTC a pu rencontré le chef du cabinet de la ministre, Xavier Geoffroy. Vers 13h, ils en sont ressortis "satisfaits" et estiment avoir été "entendus". Ils doivent désormais attendre jeudi pour savoir si le gouvernement fera un rétropédalage dans le secteur des transports.

Le gouvernement a donc une nouvelle fois choisi de jouer la carte du "dialogue social" recevant la délégation de routiers dans son bureau ce midi. Un jeu auquel les délégués de la CFDT transport se sont prêtés. Alors même que la colère ne cesse de monter chez les travailleurs et que nombreux sont ceux qui sont pour le rejet pur et
simple de la loi travail 2. L’oreille attentive (ou du moins le faux-semblant) tendue aujourd’hui par le ministère n’est pas sans lien avec l’appel des fédérations des
transports de la CGT et FO qui ont annoncé un mouvement de grève reconductible à partir du 25 septembre. Le gouvernement craint que les deux mouvements puissent le rejoindre en cas de continuité du premier.

D’autant plus que l’ appel du 25, contrairement à celui de la CFDT et CFTC, pour qui ol s’agissait ce matin "d’une journée d’information, d’alerte", appelle à des blocages. Des blocages qui, reconduits sur plusieurs jours, peuvent mener à des perturbations importantes de l’économie et une situation de pénurie. Un appel à la grève que pourrait aussi rejoindre d’autres secteurs. Or, de telles perspectives n’enchantent pas du tout le gouvernement.

Crédit photo : FRANK PERRY / AFP




Mots-clés

Loi travail 2   /    Routiers   /    Grève   /    Notre classe