^

Notre classe

Interview du secrétaire de l'UL CGT

Valenciennes. Le député FN Sébastien Chenu viré de la manifestation : réaction de la CGT

Alors que près de 1500 personnes ont manifesté ce jeudi matin à Valenciennes dans le Nord, pour la défense de l'emploi dans la métallurgie et les retraites, les médias ne retiennent qu'une chose : l' « agression » par des militants CGT du député FN Sébastien Chenu, élu sur la circonscription voisine.

« Physiquement et violemment agressé par milices cgt,à valenciennes,je depose plainte. J’attends condamnation du leader cgt M.Martinez », twitte le député FN. Il a ensuite rapporté à l’AFP : « C’est scandaleux d’agresser un élu de la nation. J’ai reçu des coups au visage, au bras et aux jambes, par des gros bras de la CGT, alors que j’étais paisiblement en train de discuter avec des manifestants, dont des retraités ».

La vision d’Emile Vandeville, secrétaire général de l’UL CGT Valenciennes que nous avons interviewé, est quelque peu différente : « Chenu était dans un bistrot sur la place d’armes, et on l’a vu sortir avec son écharpe pour venir dans la manifestation. Les interventions avaient commencé au micro, on est venu nous prévenir de sa présence, et le camarade qui parlait au micro lui a demandé de partir. Il était là sans bouger, il jouait clairement la provocation, il était là pour ça. Donc il a été, comment dire, « poussé à partir ». Il criait à la victimisation, et ensuite il s’est réfugié dans une agence de voyages, protégé par les flics ».

Mais les différents entre le FN et la CGT locale ne datent pas d’aujourd’hui : « J’habite malheureusement dans la 19e circonscription où il a été élu, poursuit Emile, et il connaît bien la CGT. Pendant la campagne des présidentielles, la Le Pen était venue faire un meeting avec lui dans la circonscription. On était venus avec la sono, pour manifester. Donc il joue la provoc. On fait une manifestation par rapport à l’industrie, la métallurgie, les EHPAD, les retraites... on ne pouvait pas supporter sa présence, il n’était pas question qu’il profite politiquement de la manifestation. Donc il fallait l’extirper le plus vite possible ».

Emile poursuit : « D’ailleurs quand le journaliste du Figaro m’a appelé par rapport à Chenu je lui ai dit « Ah oui, le député dont l’attaché parlementaire a tenu des propos racistes la semaine dernière ? »... mais ça n’est pas sorti dans l’article malheureusement. Chenu c’est quand même un cas d’école. Il a été au parti Républicains, à l’UMP, à Démocratie libérale, il a travaillé avec Lagarde... et il vient à une manifestation de la CGT par rapport à l’industrie, par rapport aux retraités qui viennent de se prendre une hausse de la CSG sur les retraites... il n’a rien à faire là ! Il est connu dans le coin vu qu’il a été élu ici, mais il n’est pas connu pour défendre l’emploi, il ne fait rien ! A côté de ça il va partout, aux fêtes des associations, les gens disent même c’est « le député Chenu »... il fait un vrai travail de terrain, mais il ne fait que ça. L’année dernière, la maire de ma commune a su qu’il allait se pointer au banquet des aînés, donc elle lui a fait savoir clairement qu’il n’était pas le bienvenu et qu’il n’aurait pas accès à la salle. Mais tous ne font pas ça, malheureusement. En tout cas une chose est sûre c’est qu’aujourd’hui on était près de 1500 à manifester, et les médias ne parlent que de Chenu ! »




Mots-clés

Valenciennes   /    CGT   /    FN   /    Notre classe