^

Politique

Yémen

Ventes d’armes à l’Arabie Saoudite : la France complice de crimes de guerre

L'Etat français a fourni pour plus de 7 milliards d'euros d'équipement militaire à l'Arabie Saoudite. Ces armes servent depuis trois ans à massacrer le peuple yéménite. L'Association Chrétienne pour l'Abolition de la Torture demande l'ouverture d'une commission d'enquête sur les livraisons d'armes français à la monarchie pétrolière.

Crédits photo : Reuters

Alors que la Ministre des Armées, Florence Parly, avait fait une sortie remarquée sur France Inter le 9 février dernier en prétendant que les armes vendues par la France « n’étaient pas censées être utilisées », l’Association Chrétienne pour l’Abolition de la Torture (ACAT) rappelle aujourd’hui la responsabilité de la France dans les crimes commis par l’Arabie Saoudite au Yémen et demande l’ouverture d’une commission d’enquête sur les livraisons d’armes français à la monarchie pétrolière. Différentes ONG comme Amnesty International, Human Righs Watch tirent la sonnette d’alarme pour un pays qui vit aujourd’hui une des crises humanitaires les plus graves de la planète avec un conflit qui dure depuis trois ans, a fait plus de 10.000 morts, provoqué une grave épidémie de choléra et menace la population yéménite d’une grave famine.
En effet, les raids de l’Arabie saoudite visent sans distinction les objectifs militaires et civils. L’Arabie saoudite étant un des plus gros clients de la France en termes d’armement, la responsabilité de l’Hexagone dans la guerre qui a lieu au Yémen est certaine.

C’est presque un rituel médiatique en France, chaque gros contrat de vente d’armes est salué par la presse (rappelons par exemple que le Figaro appartient à Serge Dassault et que les Rafales sont produits par Dassault Aviation). En ça le quinquennat Hollande a été plus que béni pour l’industrie de l’armement, les exportations explosant de 45 %. Entre 2012 et 2016, la France a fourni pour plus de 7 milliards d’euros d’équipement militaire à l’Arabie Saoudite, la légalité de ces contrats commerciaux est remise en cause puisque les livraisons françaises servent de fait à l’exécution de crimes de guerre, ce qui est revient sur le Traité de Commerce des Armes (TCA), ratifié par la France en 2014.
Ainsi, derrière les beaux discours de croissance, de création d’emplois (alors même que les gouvernements successifs s’acharnent à en détruire toujours plus) se cache la réalité de la guerre : des milliers de morts sous les bombardements, la famine provoquée par le blocus du pays ce qui participe, sous les auspices de la France, à la plus grande déstabilisation de la région. Une politique qui justifiera encore plus d’interventions militaires et plus d’exportations d’armement.

Avec la décision de Macron de porter le budget de l’armée à 2 % de PIB, est affichée la volonté du gouvernement français de poursuivre la politique interventionniste de François Hollande ainsi que de soutenir largement l’industrie militaire quitte à se rendre complice de crimes de guerre.




Mots-clés

Armée française   /    Yémen   /    Impérialisme   /    Arabie Saoudite   /    Politique