^

Politique

#PoutouDoitEnEtre

Vidéo. Le musicien HK soutient la candidature de Philippe Poutou et réagit à la séquence d’ONPC

Pour la sortie de son nouvel album « L’empire de papier », nous avons longuement interviewé Kaddour Hadadi, dit HK, sur son engagement par le biais de la musique, et son opinion sur l’actualité. L’artiste n’a pas hésité à affirmer son soutien à la candidature de Philippe Poutou à l’élection présidentielle, plus encore après l’épisode insultant de son passage sur le plateau d’On N’est Pas Couchés, témoignage du « mépris de classe » de ceux qui détiennent les rennes de la société au détriment de « ceux d’en bas ».

Propos recueillis par Flora Carpentier et Dam Morrison


Révolution Permanente : On a des hommes politiques corrompus qui ont le culot de se présenter aux élections, de prétendre nous représenter. Et à côté de ça on a des petits candidats comme Phillipe Poutou, ouvrier et anticapitaliste, qui est en difficulté pour passer la barre des parrainages. Pour toi c’est important que Philippe Poutou puisse se présenter ?

Oui. Outre l’amitié que j’ai pour lui, c’est un vrai gars quoi, quelqu’un avec qui tu peux parler comme on parle là. C’est important que des gens d’en bas puissent représenter le peuple. Mais on voit à quel point il est en marge de ce système, alors il essaye de se battre de l’intérieur. Je pense qu’on est beaucoup à avoir vu la séquence odieuse d’On n’est pas Couchés qui montre le mépris de la classe dominante. Ce n’est pas facile pour lui, et il s’est bien défendu. C’est bien que cette séquence-là existe parce que c’est des choses qu’on dit, qu’on sait, qu’on sent et c’est bien qu’on puisse le voir : voilà où on en est. C’est bien de voir ce mépris. On se fout de sa gueule, de notre gueule à tous, des ouvriers. Je l’ai pris vraiment comme un crachat à la figure.

C’est des gens qui ne connaissent pas cette réalité là. Quand Sarkozy disait « quand il y a une grève aujourd’hui en France on ne s’en rend plus compte ». Lui, il a grandit avec une cuillère en argent dans la bouche. Il ne sait pas ce que ça représente de faire grève. Ce sont des ouvriers qui touchent 1000, 1200 euros et à un moment donné mettent 100 euros, 200 euros sur la table qu’ils vont perdre quand ils vont faire grève. Ils mettent leur bifteck en jeu, au sens propre du terme. Ils mettent leur assiette en jeu, celle de leurs enfants. Evidemment que faire grève, c’est la dernière des choses que t’as envie de faire quand t’es ouvrier. Parce que tu sais que derrière ça va te foutre dans la merde. Donc se foutre de cette histoire-là, celle qui a donné des droits à l’ensemble de la société française, quand il y a eu toutes ces révoltes dans la rue… Parce que quand on parle de l’assurance maladie, de la couverture sociale en France, c’est quand même quelque chose d’assez extraordinaire et c’est le fruit de luttes sociales.

Donc oui c’est plus qu’important que quelqu’un comme Philippe Poutou puisse être candidat, c’est clair. Et je ne suis pas là pour dire pour qui voter, pour qui je vais voter, mais peu importe. C’est importantissime parce que sinon ça veut dire que c’est plus possible pour quelqu’un qui n’est pas du sérail, qui n’est pas un costume-cravate comme il dit, qui n’est pas dans les bons réseaux, les grands partis, et qui n’a pas bouffé à la popote ces 20-30-40 dernières années… de se présenter.




Mots-clés

#Poutou2017   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    Politique