×

Afrique

Coup d’Etat au Gabon. « Fin du régime » ou tentative d’éviter une explosion sociale ?

Encore un coup d’Etat dans l’arrière-cour de l’impérialisme français, cependant celui-ci semble répondre davantage à des tensions socio-économiques et politiques internes qu’à un mécontentement directement lié à la présence française. Les militaires ont-ils agi pour mettre fin au régime ou pour le préserver ?

Philippe Alcoy

1er septembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Coup d'Etat au Gabon. « Fin du régime » ou tentative d'éviter une explosion sociale ?

Capture d’écran : Agence Ecofin

Le coup d’Etat au Gabon dans la nuit du 29 au 30 août semble avoir pris tout le monde par surprise. Certes le pays était au milieu d’un processus électoral, complètement manipulé et frauduleux : internet coupé, la presse étrangère et les observateurs internationaux interdits, des règles électorales changées à la dernière minute, répression et restrictions administratives pour l’opposition. Malgré tout cela, l’opposition déclarait avoir gagné largement le soir des élections. Cependant, tard dans la nuit du 29 au 30 août, le régime annonçait une large victoire du président actuel, Ali Bongo. Quelques minutes après, une dizaine de militaires lisait une déclaration à la télévision annonçant que l’armée annulait le résultat des élections, prenait le pouvoir et « mettait fin au régime ». La confusion et l’inquiétude étaient palpables parmi les dirigeants internationaux et grandes entreprises qui investissent dans le pays

Depuis son indépendance en 1960, le Gabon a été dirigé par la famille Bongo : Omar Bongo, père du président déchu, a été placé au poste de vice-président d’un président mourant, Léon M’ba, en 1964 par Jacques Foccart lui-même, « M. Françafrique » du général De Gaulle, avant de prendre la place de président en 1967. Son parti, le Parti Démocratique Gabonais (PDG), est resté le « parti unique » jusqu’à 1990, avant de créer un semblant de « multipartisme » (avec des oppositions souvent créées par le régime lui-même) qui n’a pas vraiment mis en danger le pouvoir de la dynastie Bongo. Après la mort d’Omar Bongo en 2009, c’est son fils, Ali Bongo, qui devient président. Il va sans dire que ce régime dictatorial, corrompu et criminel comptait avec le soutien total de l’impérialisme français !

Même si la transition entre le père et le fils semble s’être passée comme une typique « succession françafricaine », le pouvoir d’Ali Bongo n’a pas eu la même force que celui de son père. Ainsi en 2016, après des élections très serrées, où Ali Bongo se serait imposé avec une différence d’à peine 5 000 voix, des manifestations avaient éclaté à travers le pays. Des manifestations fortement réprimées par l’armée, qui avait tiré à balles réelles, faisant des centaines de blessés et de disparus, ainsi que 38 morts. En 2019, suite à un AVC d’Ali Bongo, il y a eu une tentative de coup d’Etat mais qui avait été rapidement matée.

Pour l’élection de cette année l’opposition s’est largement regroupée dans la Plateforme Alternance 2023. Cette opposition est peuplée d’anciens membres du parti des Bongo, et leur candidat à président, Albert Ondo Ossa, a été lui-même ministre d’Omar Bongo. Pendant les premières heures qui ont succédé le coup d’Etat il y a eu beaucoup de spéculations sur le fait que les militaires pourraient donner le pouvoir à l’opposition. Or, pour le moment cela ne semble pas être le plan de la junte, ce qui indiquerait que l’opposition et l’armée seraient deux secteurs différents des classes dominantes. Albert Ondo Ossa a lui-même pris ses distances avec les militaires en considérant qu’il s’agissait avant tout d’une « révolution de palais », tout en assurant qu’il n’appellerait pas à la mobilisation contre le coup d’Etat et choisirait l’option de la « diplomatie ».

En effet, lundi 4 septembre les militaires vont nommer officiellement le général Brice Oligui Nguema président de la transition. Oligui est le chef de la « garde républicaine », héritière de la « Garde présidentielle », instaurée sous les conseils de Paris après la tentative de coup d’Etat de 1964, chargée de protéger le président. Alors que les militaires parlent de « fin du régime », la réalité c’est que c’est cette même armée qui a tiré sur les manifestants en 2016 et, pour un régime quasi dynastique, le général Oligui est lui-même un cousin éloigné du président Ali Bongo. En effet, Oligui sort des entrailles du régime des Bongo.

D’ailleurs, l’un des premiers actes du nouvel homme fort du pays a été de rencontrer et surtout rassurer le patronat national et international. Parmi ses promesses figurent la privatisation de la gestion des deux caisses de prévoyance sociale (CNSS et CNGAMS), une revendication importante du patronat du gabonais. Les annonces du général ont été reçues par une « standing ovation » par les chefs d’entreprise présents. Cette première décision semble indiquer que les militaires sont plutôt dans la continuité totale de la politique pro-patronale et pro-impérialiste du régime des Bongo. Sacrée « rupture avec le régime ».

Quant aux intérêts des puissances impérialistes et autres partenaires internationaux du Gabon, là aussi tout semble indiquer que les militaires vont maintenir tous les engagements du pays, du moins pour le moment. Parmi les principaux concernés évidemment il y a la France. L’impérialisme français a façonné l’Etat gabonais, les relations du régime des Bongo avec les partis politiques français sont bien connues, l’armée française possède une base permanente dans le pays avec au moins 350 soldats sur place, et plusieurs multinationales hexagonales opèrent dans le pays (leurs actions se sont effondrées à la bourse de Paris après les premières heures du coup d’Etat). C’est pour cela que le coup d’Etat inquiète à Paris. Mais comme nous pouvons le lire dans Le Monde, « selon plusieurs sources, avant même d’être installé dans ses nouvelles fonctions, le général Oligui Nguema a tenté de rassurer sur ses intentions en appelant plusieurs dirigeants d’Afrique centrale et l’ambassadeur de France à Libreville. « C’est un homme pondéré et discret. Il m’a dit que l’armée ne veut plus servir à tuer des Gabonais après chaque élection. Son putsch ne s’inscrit pas dans la même logique que ceux du Sahel. Il n’est pas question pour lui de demander le départ des Français », rapporte l’un de ses interlocuteurs sous couvert d’anonymat ».

Même si le Gabon a entretenu des relations privilégiées avec l’impérialisme français, il a aussi su se rapprocher de la Chine et de la Russie. Ainsi, Ali Bongo, au printemps dernier, s’est rendu en Chine et la relation entre les deux pays a été élevée au statut de « partenariat stratégique » ; la Chine est d’ailleurs déjà le principal partenaire commercial du Gabon. Le rapprochement avec la Russie est aussi important, ce qui explique que le Gabon ait voté contre l’exclusion de la Russie du Conseil des Droits Humains de l’ONU, ce qui a tendu un peu les relations avec la France. Le coup d’Etat comporte donc aussi des inquiétudes pour les intérêts de Pékin et Moscou.

Cependant, les manœuvres de la part de puissances étrangères ne semblent pas être derrière le putsch. La situation socio-économique dans le pays s’est dégradée depuis quelques années ; il est possible qu’une partie de la bourgeoisie nationale ait commencé à voir le gouvernement d’Ali Bongo comme un obstacle, voire un facteur de déstabilisation. En ce sens, certains commencent à parler d’un « coup de Palais » qui permet de canaliser la colère populaire avec le renversement du président tout en préservant l’essentiel du régime. Il reste à voir quelles seront les mesures et la voie que les militaires emprunteront dorénavant et si cela est suffisant pour calmer le mécontentement généralisé.

En effet, ce ne sont pas seulement les questions politiques qui provoquent le mécontentement populaire. La campagne présidentielle a été marquée par les inquiétudes des travailleurs et des classes populaires concernant l’inflation qui est passée de 2,4% en 2022 à 4,8% cette année affectant toutes les dépenses de base : alimentation, santé, logement, transports, services.

A cela nous pouvons ajouter un problème structurel du capitalisme semi-colonial gabonais : les inégalités et la pauvreté. Bien que le pays soit un important exportateur de pétrole et de matières premières, 33,9% de la population vit sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 5,50 dollars par jour. L’Organisation internationale du travail (OIT) estime que le chômage est passé de 18,5% en 2017 à 22% actuellement ; et le chômage des jeunes entre 15 et 24 ans est de près de 40%.

Il est probable que tout cela fasse craindre aux militaires et au secteur de la bourgeoisie nationale qu’ils représentent une explosion sociale et qu’ils aient décidé de prendre les devants. Mais seront-ils capables de répondre à ces problèmes profonds de la classe ouvrière et des secteurs populaires du Gabon ? Même si une partie de la population semble soutenir le coup des militaires, il ne faut pas se tromper : d’un point de vue des intérêts des travailleurs, les militaires (ou l’opposition) ne feront que bénéficier d’autres secteurs capitalistes, voire les mêmes que le régime des Bongo. En effet, comme nous l’avons dit, les militaires et l’opposition sont largement issus des rangs du clan Bongo. Quant à l’impérialisme français, même si pour le moment il ne semble pas y avoir des expressions « anti-françaises », on ne peut pas exclure que celles-ci commencent à surgir au sein de la population et que face à cette pression il y ait des secteurs bourgeois locaux qui utilisent de façon démagogique la rhétorique anti-française. La situation reste ouverte et même si les militaires commencent à montrer un programme totalement bourgeois, les contradictions de classe pourraient surgir contre les capitalistes locaux mais aussi contre l’impérialisme français et autres puissances qui interviennent dans le pays depuis des années.


Facebook Twitter
Les Etats-Unis donnent carte blanche à Israël à Gaza pour éviter une escalade régionale

Les Etats-Unis donnent carte blanche à Israël à Gaza pour éviter une escalade régionale

Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d'Israël

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d’Israël


Riposte de l'Iran contre Israël : et maintenant ?

Riposte de l’Iran contre Israël : et maintenant ?

Difficultés sur le front ukrainien : vers une percée russe ?

Difficultés sur le front ukrainien : vers une percée russe ?

« Un état de guerre » en Cisjordanie : les colons multiplient les expéditions punitives

« Un état de guerre » en Cisjordanie : les colons multiplient les expéditions punitives

Corée du Sud. La droite perd les législatives mais le bipartisme se renforce

Corée du Sud. La droite perd les législatives mais le bipartisme se renforce

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l'opération Wuambushu pour des expulsions de masse

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l’opération Wuambushu pour des expulsions de masse