^

Politique

La roulette russe du groupe Casino

La CGT appelle les salariés du groupe Casino à faire grève le 26 novembre

Dénonçant la « braderie sociale » du Black Friday, journées où les enseignes cassent leurs prix, la CGT invite les employés des magasins Casino, Monoprix ou encore Leader Price à faire grève le mardi 26 novembre. Cela représenterait près de 9 000 enseignes concernées.

vendredi 8 novembre

En août dernier, le groupe Casino annonçait une cession d’actifs de 2 milliards d’euros après une première vague toute aussi conséquente de 2,5 milliards. Ainsi, cela pourrait précipiter la vente de ses 700 magasins Leader Price à l’entreprise allemande Aldi. Dans un tel climat social, les salariés quant à eux craignent la dégradation de leurs conditions de travail voire des licenciements.

Jeudi, lors d’une conférence de presse organisée à Montreuil, les syndicats CGT de l’ensemble du groupe ont annoncé un rassemblement devant les bureaux parisiens de Jean-Charles Naouri, PDG du groupe, et un autre serait prévu devant un grand magasin de la capitale.

Après l’accélération du groupe vers l’automatisation des caisses afin de faciliter l’ouverture le dimanche après-midi, et ce, malgré la condamnation de son prestataire il y quelques semaines, cela contribuerait à un nouveau coup dur pour les employés.

La secrétaire fédérale de la CGT commerce affirme « il ne se passe pas une journée sans l’annonce d’une fermeture ou d’une cession. Quant au délégué syndical central chez Casino, Jean Pastor déclare que « Casino veut garder une image de vitrine sociale et laisse aux autres le soin de supprimer les emplois, en passant par la franchise et les cessions ».

Le désir du groupe d’un changement de modèle, voulant monter en gamme, entérine la stabilité sociale de ses employés. Les patrons se font fi de toute responsabilité sociale et des conséquences désastreuses qu’ont leurs décisions sur la vie de leurs salariés. En 2018, le groupe consolidait son chiffre d’affaires atteignant les 36,6 milliards d’euros.

Crédits photo : Philippe Huguen / AFP




Mots-clés

Black friday   /    Grève   /    Politique